La Grèce entraîne les rendements allemands à des plus bas records

mardi 6 janvier 2015 13h01
 

* Quête de refuge face à l'incertitude politique en Grèce

* L'inflation en zone euro conforte l'attente d'un QE de la BCE

* La chute des cours du pétrole renforce les craintes de déflation

par Emelia Sithole-Matarise

LONDRES, 6 janvier (Reuters) - Les rendements de la dette souveraine allemande sont tombés à leurs plus bas niveaux historiques mardi, les inquiétudes sur l'avenir de la Grèce en zone euro et l'anticipation d'un nouvel assouplissement de la politique de la Banque centrale européenne (BCE) favorisant une fuite vers les actifs les moins risqués.

Le parti de gauche anti-austérité Syriza, donné favori aux élections législatives anticipées du 25 janvier en Grèce, s'est engagé à renégocier les conditions du plan de sauvetage du pays de 240 milliards d'euros mis en place par l'Union européenne et du Fonds monétaire international (FMI).

Les inquiétudes concernant l'avenir de l'Union économique et monétaire sont revenues sur le devant de la scène depuis un article publié samedi par Der Spiegel disant que le gouvernement allemand était d'avis que la zone euro serait aujourd'hui en mesure de faire face à une éventuelle sortie de la Grèce.

Le rendement du Bund allemand à 10 ans, valeur de référence par excellence, a perdu trois poins de base (pdb) à un plus bas historique de 0,470% vers 11h45 GMT, alors que le rendement des obligations de même échéance du Trésor américain sont passés sous les 2% pour la première fois depuis octobre.

"Tant que l'on n'aura pas les résultats des élections (grecques) il y aura beaucoup d'incertitude (...), ce qui continuera à favoriser la demande pour les actifs de plus grande qualité", estime Christian Lenk, stratégiste chez DZ Bank.   Suite...