"Fenêtre météo" pour les recherches de l'Airbus d'AirAsia

dimanche 4 janvier 2015 04h10
 

PANGKALAN BUN, Indonésie, 4 janvier (Reuters) - L'équipe multinationale qui recherche depuis une semaine l'épave de l'Airbus d'AirAsia qui s'est abîmé en mer de Java espère que l'amélioration annoncée des conditions météorologiques sur le site du crash va lui permettre dimanche de retrouver les boîtes noires de l'avion et les corps de davantage de victimes.

Les autorités indonésiennes ont repéré au fond de la mer quatre objets de grande dimension qu'elles pensent provenir de l'Airbus A320-200 qui a disparu dimanche dernier avec 162 personnes à bord.

"La météo devrait nous donner une fenêtre d'opportunité aujourd'hui, avec des vagues moins hautes pendant deux jours", a déclaré Rukman Soleh, directeur des services météorologiques de Pangkalan Bun, la ville du sud de l'île de Bornéo où sont basées les recherches.

Un officier de l'armée de l'air indonésienne, le lieutenant-colonel Johnson Supriadi, a expliqué pendant la même conférence de presse que les équipes de secours concentreraient leurs efforts sur la recherche des corps d'une part, et celle de la carlingue et des boîtes noires d'autre part.

Les enquêteurs espèrent que l'examen des enregistreurs de vol permettra de comprendre ce qui a provoqué le crash du vol QZ8501 d'AirAsia qui assurait la liaison entre Surabaya, en Indonésie, et Singapour.

Si le mauvais temps a sans doute joué un rôle, selon l'agence météorologique indonésienne, une source proche de l'enquête a confié à Reuters que les données radar montraient aussi que l'Airbus avait effectué une ascension "incroyablement" raide avant le crash.

Les objets repérés par les équipes de recherche sont situés à environ 30 mètres de profondeur, ce qui devrait, selon les experts, permettre de les inspecter assez facilement avec une météo favorable.

Si la mauvaise visibilité a empêché samedi des submersibles télécommandés (ROV) de prendre des photos des objets, les autorités espèrent que des plongeurs, dont une équipe russe spécialisée, pourront descendre dimanche explorer les fonds marins.

Pour le moment, une trentaine de corps ont été repêchés, certains encore attachés à leurs sièges. De nombreux autres pourraient être encore prisonniers de l'épave.

(Fergus Jensen; Tangi Salaün pour le service français) )