Tsipras-Ne pas tenir Athènes à l'écart d'un assouplissement quantitatif

samedi 3 janvier 2015 21h16
 

ATHENES, 3 janvier (Reuters) - La Banque centrale européenne (BCE) ne pourra pas exclure la Grèce d'un programme d'assouplissement quantitatif, si elle décide d'en adopter un pour relancer l'économie de la zone euro, a déclaré samedi Alexis Tsipras, chef de file du parti de gauche anti-austérité grec Syriza.

S'exprimant lors du congrès de son parti à trois semaines des élections législatives anticipées du 25 janvier, Alexis Tsipras a promis qu'en cas de victoire, Syriza ferait en sorte qu'une bonne part de la dette grecque soit effacée dans le cadre d'une renégociation de son plan d'aide international.

Les législatives auront lieu trois jours après une réunion de la BCE, le 22 janvier, lors de laquelle la banque centrale européenne pourrait décider d'engager un programme d'assouplissement quantitatif afin d'injecter des milliards d'euros dans l'économie de la zone euro par le biais d'achat d'obligations.

Tsipras a dit espérer que le président de la BCE, Mario Draghi, se décide en faveur d'un tel programme et a dit que la Grèce ne pourrait pas en être tenue à l'écart, comme l'ont suggéré certains économistes et hommes politiques de pays comme l'Allemagne.

"Tout programme d'assouplissement quantitatif de la BCE, avec achat direct d'obligations, doit englober la Grèce", a estimé Alexis Tsipras lors du congrès de son parti.

Syriza, qui est légèrement en tête des intentions de vote devant les conservateurs de la Nouvelle démocratie (ND), a modéré son discours ces derniers mois, s'engageant à maintenir la Grèce dans la zone euro et à ne pas rejeter unilatéralement le plan d'aide international.

(George Georgiopoulos; Eric Faye pour le service français)