** LE POINT SUR LES MARCHÉS à la clôture en Europe **

vendredi 2 janvier 2015 18h08
 

PARIS, 2 janvier (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en baisse
la première séance de l'année 2015 vendredi, plombées par des chiffres mitigés
sur l'activité manufacturière de la zone euro.
    Wall Street était également orientée à la baisse au même moment, les indices
manufacturiers propres au secteur manufacturier américain parus dans la journée
étant eux-mêmes en demi-teinte et n'ayant pu de ce fait compenser la médiocre
performance de leurs homologues européens.
    L'indice CAC 40 termine sur une perte de 0,48% à 4.252,29 points. Le
FTSE et le Dax cèdent respectivement 0,28% et 0,42%. L'indice
FTSEurofirst 300 abandonne 0,40% et l'EuroStoxx 50 0,22%.
    Sur l'ensemble de la semaine, le CAC 40 a perdu 1,01%.
    Les places dites périphériques ont fait mieux, dans l'espoir que la Banque
centrale européenne se lance bel et bien dans une politique d'assouplissement
quantitatif. Milan gagne 0,62%, Madrid 0,69% et Athènes 
1,22%.
    L'activité manufacturière dans la zone euro a terminé 2014 sur une note
mitigée, les nouvelles commandes et l'emploi n'ayant enregistré qu'une
croissance modérée. 
    Quant aux indices américains, l'un, le PMI, est au plus bas depuis janvier
2014, et l'autre, l'ISM, au plus bas depuis six mois, les deux attestant
toutefois d'une poursuite de la croissance, mais à un rythme ralenti.
  
    Un troisième indicateur, les dépenses de construction, n'a pas été plus
favorable, puisque ces dernières ont reculé de façon inattendue. 
    Un contexte économique morose et l'incertitude créée par les élections
législatives qui doivent avoir lieu à la fin du mois en Grèce ne poussent pas
les investisseurs à ouvrir des positions larges sur les valeurs européennes. 
    "Même si le président de la BCE (Mario) Draghi rend de plus en plus probable
un assouplissement quantitatif dans le courant de l'année, le Dax et d'autres
marchés européens n'ont pu s'abstraire du sentiment baissier qui a gâté la fin
de l'année dernière", commente Connor Campbell, analyste de Spreadex.
    "Nous sommes en pleine préparation technique pour ajuster l'ampleur, le
rythme et la nature des mesures qui seraient à prendre début 2015 s'il devient
nécessaire de réagir à une trop longue période de faible inflation. Il y a
unanimité là-dessus au sein du Conseil des gouverneurs", a dit Mario Draghi dans
une interview au quotidien allemand Handelsblatt. 
    Ces déclarations, ainsi que les statistiques manufacturières décevantes, ont
porté l'euro à un plus bas de quatre ans et demi contre le dollar, de 1,2035
. Le dollar a également atteint la parité contre le franc suisse 
pour la première fois en plus de quatre ans.  
    En dehors des bancaires, en hausse de 0,48%, tous les indices
sectoriels européens ont fini dans le rouge. Crédit Agricole, avec un
gain de 1,3%, est ainsi la plus forte hausse de l'indice CAC 40.
    Deux banques italiennes, UniCredit et Intesa Sanpaolo,
réalisent les deux meilleures performances de l'indice EuroStoxx 50 avec des
gains respectifs de 1,87 et 1,32%. D'autres banques figurent également dans le
classement de tête des gains de cet indice ce vendredi.
    Dans ce compartiment toujours, RBS lâche toutefois 1,3% car la
banque risque de devoir payer plus que prévu pour régler un contentieux aux
Etats-Unis lié à la vente litigieuse de produits titrisés, selon le Times.
 
    Sur le marché obligataire, les taux de rendement à 10 ans allemand
, français, espagnol et italien
 sont tombés à de nouveaux plus bas historiques, respectivement à
0,493%, 0,78%, 1,507% et 1,756%. En particulier, c'est la première fois que le
rendement du Bund à 10 ans tombe sous 0,5% et que l'équivalent du 10 ans italien
s'inscrit à moins de 1,80%.
    Le rendement de l'obligation allemande à cinq ans s'est retrouvé en
territoire négatif pour la première fois également.    
    
    * Tableau des principaux marchés mondiaux :  
    

 (Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Bertrand Boucey)