Pologne-De nouvelles inculpations possibles dans le dossier Alstom

mercredi 31 décembre 2014 13h23
 

par Marcin Goettig

VARSOVIE, 31 décembre (Reuters) - La Pologne pourrait inculper davantage de personnes dans le cadre d'une affaire impliquant deux ex-responsables de la filiale polonaise d'Alstom , accusés d'avoir soudoyé des fonctionnaires pour remporter des contrats de transport, a déclaré une source judiciaire mercredi.

La direction britannique de la répression des fraudes (Serious Fraud Office, SFO) avait indiqué en septembre qu'une filiale du groupe français était soupçonnée d'avoir versé des dessous-de-table pour remporter des commandes relatives au métro de Delhi et à des grands travaux à Varsovie et à Tunis entre 2000 et 2006.

Par ailleurs, Alstom a plaidé coupable ce mois-ci aux Etats-Unis dans un dossier où le groupe français était accusé de corruption de responsables gouvernementaux dans des pays tels que l'Indonésie ou l'Arabie saoudite, et il versera une amende de 772 millions de dollars (630 millions d'euros) dans le cadre d'un règlement négocié avec le département américain de la Justice.

Le dossier polonais concerne des contrats remportés par Alstom Konstal. Le premier, signé en 1998, portait sur 108 rames pour le métro de Varsovie; un autre, signé en 2000, portait sur 62 tramways destinés également à la capitale polonaise. Un troisième, signé en 2001 pour 60 tramways supplémentaires, fut finalement annulé.

Le Parquet de Wroclaw a déjà inculpé deux ex-salariés d'Alstom Kontal pour avoir causé un grave préjudice financier à la société. Il a également inculpé deux employés de la mairie de Varsovie de corruption passive.

Anna Zimolag, porte-parole du parquet, a dit à Reuters que l'enquête, qui devait se clore le 28 février, serait sans doute prolongée au-delà de cette date.

"Après analyse (des preuves), des décisions seront prises concernant de nouvelles procédures, y compris une éventuelle extension des accusations déjà formulées ou la formulation d'accusations contre d'autres personnes, dont les agissements font l'objet d'investigations", a-t-elle expliqué.

Zimolag a également déclaré que le parquet avait réuni des milliers de pages d'éléments à charge dans ce dossier, y compris des documents commerciaux, bancaires et financiers, également obtenus sur requête de la part de la Grande-Bretagne, de la Suisse et de l'Espagne.   Suite...