L'avion chinois ARJ-21 obtient sa certification

mercredi 31 décembre 2014 10h02
 

SHANGHAI, 31 décembre (Reuters) - Le Comac ARJ-21, premier avion pour passagers à être développé en Chine, a reçu sa certification des autorités nationales de l'aviation civile après des années de reports pour raisons techniques, rapporte mercredi le quotidien China Daily.

La Comac (Commercial Aircraft Corporation of China), constructeur de l'avion régional bimoteur, avait lancé en 2003 le processus de certification mais celui-ci a pris du retard en raison de défauts techniques dans les systèmes de câblage et informatiques et aussi du fait de fissures apparues dans les ailes lors d'un test.

Cité par un autre journal, Luo Ronghuai, vice-président de l'Administration chinoise de l'aviation civile, déclare d'ailleurs que la certification n'est pas un aboutissement puisqu'il faudra encore améliorer certaines fonctions de l'appareil avant qu'il reçoive l'autorisation d'entrer sur le marché.

Le gouvernement chinois cherche à développer sa propre aéronautique civile à la fois pour répondre aux besoins des compagnies locales, pour l'instant fournies exclusivement par des constructeurs étrangers, et en vue de débouchés à l'exportation.

L'ARJ-21, inspiré du MD-90 de l'américain McDonnell Douglas, doit être la première étape de ce processus en venant concurrencer les avions régionaux du brésilien Embraer et du canadien Bombardier.

Un modèle plus large, le C-919, viendra par la suite concurrencer les monocouloirs d'Airbus et Boeing .

Les compagnies aériennes chinoises ont jusqu'ici rechigné à acheter des avions "made in China", même ceux assemblés par des coentreprises avec des constructeurs étrangers.

Selon des analystes, l'ARJ-21 comme le C-919 intègrent un grand nombre de composants étrangers bien qu'ils soient présentés par les médias comme étant "100% chinois". (Peter Sweeney, Véronique Tison pour le service français)