France-Hausse de 4% des encaissements des Urssaf en 2013

mardi 30 décembre 2014 00h00
 

PARIS, 30 décembre (Reuters) - Les encaissements des Urssaf ont progressé de 4,0% en 2013 sous l'effet des hausses de charges sociales votées par la gauche et ce, malgré un environnement économique difficile, selon les données publiées mardi par l'Acoss (Agence centrale des organismes de Sécurité sociale).

Les recettes de la Sécurité sociale ont aussi bénéficié d'une forte baisse des exonérations de charges (-6,4%), tout particulièrement celles pesant sur les heures supplémentaires.

Les Urssaf ont encaissé l'an passé un total de 328,6 milliards d'euros, soit 12 milliards, ou 4,0%, de plus qu'en 2012. Les sommes en provenance du secteur privé, qui représentent 72,1% de l'ensemble, ont augmenté pour leur part de 3,9% à 236,8 milliards.

Près d'un tiers de cette hausse tient à la progression de 1,2% de la masse salariale du secteur privé, un niveau en net retrait par rapport à 2012 (2,1%) mais bien supérieur à celui de la croissance de l'économie (+0,4%) et ce, en dépit de la baisse globale de 0,6% de l'emploi dans le privé.

Les variations de taux et les contributions nouvelles ont pour leur part contribué pour 1,4 point à la croissance des encaissements de 2013.

La plus importante a été le relèvement, voté à l'été 2012, de 8,0% à 20% de la contribution au titre du forfait social sur la participation et l'intéressement des salariés, qui a rapporté 1,8 milliard d'euros de plus d'un an sur l'autre.

Enfin, l'accentuation de la baisse des exonérations de charges (-6,4% en 2013 après -2,0% en 2012), a représenté 0,9 point de croissance pour les recettes de la Sécurité sociale l'an passé.

Leur recul de 2013 s'explique en quasi-totalité par la suppression des exonérations de charges salariales sur les heures supplémentaires.

Ayant culminé à 30,7 milliards d'euros en 2008, les exonérations de charges sont en baisse constante depuis et se sont inscrites l'an passé à 25,7 milliards d'euros. Sur ce total, les allègements sur les bas salaires représentent 19,7 milliards (+0,6% par rapport à 2013). (Yann Le Guernigou, édité par Emmanuel Jarry)