Bourse-Tarkett monte après des propos rassurants sur la Russie

lundi 22 décembre 2014 10h33
 

PARIS, 22 décembre (Reuters) - L'action Tarkett signe la plus forte hausse de l'indice SBF 120 lundi matin à la Bourse de Paris, le président du directoire du spécialiste français des revêtements de sol rassurant les investisseurs sur la situation du groupe en Russie.

A 10h18, le titre progresse de 3,2% à 18,235 euros, contre un gain de 0,9% pour le SBF 120 au même instant.

"C'est rassurant de voir que la société réagit aux problèmes en Russie en réduisant ses coûts et augmentant ses prix", commente un vendeur actions en poste à Paris.

La semaine dernière, Tarkett, qui a réalisé l'an dernier 35% de son activité dans la Communauté des Etats indépendants (CEI), a perdu près de 11% en Bourse, contre un gain de plus de 3% pour le SBF 120, sur fond d'inquiétudes sur la situation économique russe et de chute des cours du rouble.

"La force de notre groupe est de ne pas être directement lié à la consommation immédiate du pays. Après l'orage, il y aura nécessairement un rattrapage, et le marché russe reste un formidable réservoir de surfaces d'habitations privées à rénover: plus de 2 milliards de m2!", , a déclaré Michel Giannuzzi, président du directoire de Tarkett, dans un entretien au journal Investir publié samedi.

"Pour autant, nous avons pris les mesures nécessaires pour réduire les coûts et passer des hausses de prix. Nous menons également une réflexion stratégique pour contrer cette baisse d'activité en Russie", a-t-il ajouté.

Tarkett songe ainsi à exporter à partir de la Russie, probablement vers l'Asie, afin de tirer profit de sa base de production russe en proposant une offre compétitive à l'export.

Le dirigeant estime en revanche qu'il "n'est pas question de servir l'Europe à partir de la Russie", les goûts des consommateurs étant trop différents.

Tarkett avait fait état fin octobre d'un nouveau repli de ses résultats pour le troisième trimestre, pénalisés par une conjoncture toujours difficile en Russie et en Ukraine. Le groupe avait toutefois indiqué parvenir à préserver ses marges en relevant ses prix.

"Avec le nouveau décrochage de la devise, nous allons devoir recommencer, et il y a nécessairement un léger décalage dans le temps avant que cela se traduise dans nos résultats", a indiqué Michel Giannuzzi.

Depuis le début de l'année, la capitalisation boursière de Tarkett a fondu de 36% à 1,16 milliard d'euros, contre un gain de 0,8% pour le SBF 120. (Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Jean-Michel Bélot)