LEAD 1-Constancio (BCE) évoque une inflation négative-presse

samedi 20 décembre 2014 10h02
 

(Actualisé avec précisions, citations, contexte)

BERLIN, 20 décembre (Reuters) - Le taux d'inflation en zone euro devrait devenir négatif au cours des prochains mois mais il devrait s'agir d'un phénomène temporaire, a déclaré le vice-président de la Banque centrale européenne (BCE), Vitor Constancio, à un magazine allemand.

Le taux d'inflation annuel de la zone euro a ralenti à 0,3 % en novembre avec la baisse des prix des carburants, du fioul domestique et des télécommunications, loin de l'objectif fixé par la BCE, à savoir un taux d'inflation inférieur à mais proche de 2 %.

"Nos experts prévoient seulement une inflation de 0,7 % en 2015, mais depuis que cette projection a été réalisée (ndlr, début décembre) les prix du pétrole ont continué de chuter, reculant de 15 %. Nous nous attendons maintenant à un taux d'inflation négatif dans les mois à venir", déclare-t-il dans un entretien au magazine WirtschaftsWoche.

Plusieurs mois d'inflation négative ne se traduiraient toutefois pas par une déflation, précise-t-il : "Il faudrait des taux négatifs sur une période plus longue. S'il s'agit seulement d'un phénomène temporaire, je n'y vois pas de danger."

La zone euro n'est pas en déflation et ce risque ne concerne pas tous les pays du bloc, ajoute Vitor Constancio qui estime qu'une hausse de la productivité dans des pays tels que l'Irlande et l'Espagne pourrait par exemple créer une possibilité de hausse des salaires, ayant pour effet d'éloigner le danger d'une déflation.

Pour relancer l'activité et redresser l'inflation, la BCE a commencé fin novembre à acheter des titres adossés à des actifs (ABS), ce qui, avec les achats d'obligations sécurisées et les nouveaux prêts proposés aux banques, doit permettre à la BCE d'augmenter la taille de son bilan d'environ 1.000 milliards d'euros.

Aucune décision sur un possible assouplissement quantitatif (quantitative easing) n'a été prise, déclare également Vitor Constancio à l'hebdomadaire allemand, précisant que la banque centrale devrait évaluer au début de l'année l'efficacité des mesures prises en 2014.

La BCE doit employer tous les outils de politique monétaire dont elle dispose et elle devra agir en cas d'inflation trop faible pour maintenir sa crédibilité, et pourrait ainsi avoir recours à des outils qu'elle n'a pour l'instant pas utilisés, poursuit le vice-président.

Vitor Constancio souligne que l'assouplissement quantitatif est "complètement légal" et que la BCE n'exclut aucune mesure légale.

Il y a un large consensus au sein du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne pour faire plus face "aux risques de désinflation", avait déclaré mardi Benoît Coeuré, membre du directoire de la BCE, ajoutant toutefois que ce qui avait fonctionné aux Etats-Unis ou au Japon n'était peut-être pas reproductible en Europe. (Michelle Martin; Agathe Machecourt pour le service français)