Enquête pour faute disciplinaire présumée d'un cadre de Dongfeng

vendredi 19 décembre 2014 16h28
 

SINGAPOUR/SHANGHAI, 19 décembre (Reuters) - Un responsable du groupe chinois Dongfeng Motor Group, qui a une société commune avec Nissan Motor, est visé par une enquête des autorités chinoises pour infractions disciplinaires présumées, a annoncé Dongfeng vendredi.

Ren Yong, responsable de production de Dongfeng Motor et vice-président de la société commune de Dongfeng et Nissan, sera démis de ses fonctions en attendant les résultats de l'enquête pour "infractions disciplinaires graves présumées", a dit le constructeur automobile dans un document déposé auprès du régulateur de la Bourse de Hong Kong.

Le communiqué ne donne aucune autre précision concernant ces infractions discipinaires présumée.

Ren Yong n'a pas répondu à un courrier électronique lui demandant de commenter, tandis que personne n'était immédiatement disponible chez Nissan.

Cette enquête intervient alors que Pékin s'est lancé dans une chasse à la corruption, le président Xi Jinping s'étant juré d'assainir le gouvernement et les entreprises.

Elle complique également la tâche de Nissan qui cherche à relancer ses ventes dans le pays. Le groupe a annoncé en novembre la cinquième baisse mensuelle d'affilée de ses ventes en Chine et revu en légère baisse ses prévisions pour l'année.

L'organe chinois de lutte contre la corruption a annoncé fin août des enquêtes visant des cadres dirigeants d'une des deux coentreprises de Volkswagen et de Toyota Motor Corp dans le pays, FAW-Volkswagen Automotive Company, soupçonnés de corruption. (Lee Chyen Yee à Singapour et Samuel Shen à Shanghaï, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)