GB-Un statu quo un peu plus uni-Compte rendu

mercredi 17 décembre 2014 11h21
 

LONDRES, 17 décembre (Reuters) - La chute des cours du brut a été au coeur des discussions des responsables de la Banque d'Angleterre (BoE), lors de leur réunion de décembre, et la majorité d'entre eux qui a voté le statu quo monétaire a paru un peu plus unie.

Le compte rendu de la réunion des 3 et 4 décembre publié mercredi montre que la majorité pensait que les médiocres perspectives d'inflation justifiaient de laisser le taux d'intervention à un plus bas record de 0,5%.

Ian McCafferty et Martin Weale, qui depuis août votent pour une hausse des taux, ont continué d'affirmer que cette faible inflation était surtout la conséquence d'une hausse du sterling et d'une baisse des prix des matières premières.

Les responsables monétaires ont observé que les cours pétroliers avaient baissé bien plus qu'ils ne le pensaient en novembre et ils estimaient que l'inflation risquait de se retrouver à moins de 1% en décembre, alors que l'objectif voulu par la BoE est 2%.

L'inflation est tombée à 1% en novembre, au plus bas depuis plus de 12 ans.

Le compte rendu montre encore que divers membres du comité de politique monétaire percevaient des risques différents mais on n'y retrouve pas la formulation d'une "divergence importante d'opinion", laquelle avait amené nombre d'analystes à penser que certains membres allaient pencher bientôt pour une hausse des taux.

Il révèle enfin que la majorité des partisans du statu quo monétaire estimaient qu'il faudrait une augmentation des salaires plus marquée pour atteindre l'objectif d'une inflation de 2%. Ceux qui voulaient une hausse des taus estimaient que le mouvement était déjà en cours.

Le salaire moyen, hors primes, a augmenté de 1,8% par rapport à octobre 2013, comme en septembre, a annoncé l'Office national de la statistique mercredi.

(Andy Bruce et David Milliken, Wilfrid Exbrayat pour le service français)