** LE POINT SUR LES MARCHÉS à l'ouverture des Bourses en Europe **

mercredi 17 décembre 2014 09h41
 

PARIS/LONDRES, 17 décembre (Reuters) - Les Bourses européennes ont ouvert en
net recul mercredi après leur fort rebond de la veille, affectées comme Wall
Street mardi par la baisse inexorable des cours du pétrole et la crise
financière en Russie, en attendant les déclarations de la Réserve fédérale
américaine dans la soirée.
    La réunion du comité de politique monétaire de la Fed prend fin ce mercredi
et, au vu de la bonne santé de l'économie des Etats-Unis, les intervenants se
demandent si la banque centrale américaine renoncera à dire que les taux
d'intérêt resteront encore bas pendant une "période considérable". Le plongeon
des cours du pétrole, qui a tiré vers le bas les anticipations d'inflation,
vient compliquer la donne et certains intervenants sur les marchés mondiaux sont
convaincus que la Fed conservera un ton accommodant pour le moment. 
    Le communiqué de la Fed est attendu à 19h GMT et la conférence de presse de
la présidente Janet Yellen débute à 19h30 GMT.         
    À Paris, l'indice CAC 40, repassé mardi au-dessus des 4.000 points,
reperd 1,03% à 4.051,01 points vers 8h25 GMT. À Francfort, le Dax cède
1,1% et à Londres, le FTSE recule de 0,9%. L'indice EuroStoxx 50 de la
zone euro retombe de 1,11% et le FTSEurofirst 300 de 0,79%.
    Tous les secteurs sont dans le rouge en début de séance. Le secteur lié à
l'énergie (-0,5%) accuse la perte la plus limitée, mais affiche encore
une chute de plus de 18,5% depuis le 21 novembre, dans le sillage du brut. 
    L'attention du marché sera également focalisée sur le premier tour de
l'élection présidentielle en Grèce, qui pourrait engager le pays vers une
nouvelle période de forte instabilité. 
    Aux valeurs, Hermès gagne 4,37%, plus forte hausse du SBF 120
, avec la distribution des actions détenues par LVMH. Aux termes de
l'accord de paix signé en septembre entre LVMH et Hermès, LVMH a annoncé la
distribution à ses actionnaires ce mercredi des 23,2% du capital d'Hermès qu'il
détenait dans le sellier. 
    Philips en revanche perd 2,8%, une des plus fortes baisses du Stoxx
600, après avoir annoncé le rachat de l'équipementier médical américain
Volcano pour 1,2 milliard de dollars. 
    Sur le marché des changes, l'évolution du rouble est observée de près après
sa lourde chute de la veille en dépit du nouveau relèvement par la banque
centrale russe de son taux directeur. La devise russe se reprend contre le
dollar et l'euro même si le marché reste instable et nerveux. 
    Danièle Nouy, présidente du Mécanisme de supervision unique (MSU) au sein de
la Banque centrale européenne, a assuré qu'il ne fallait pas craindre un effet
de contagion de la chute du rouble sur les banques européennes. 
    Les investisseurs attendent également, à 9h30 GMT, le compte-rendu de la
réunion de politique monétaire de la Banque d'Angleterre du 4 décembre. 
    Les chiffres de l'inflation en zone euro, à 10h GMT, élément déterminant
pour la politique monétaire de la BCE, seront surveillés de près.
    Sur le front du pétrole, le Brent se stabilise autour des 60 dollars, près
de ses plus bas en cinq ans et demi, après cinq séances de baisse d'affilée.
    Le dollar se stabilise également, mais reste affaibli par la Russie et les
spéculations selon lesquelles la Fed pourrait adopter une position plus prudente
en matière de politique monétaire ce soir. 
    L'euro perd du terrain et se traite autour de 1,2465 dollar après avoir
atteint un pic de trois semaines, à 1,2570, mardi, à la faveur d'indicateurs
d'activité légèrement meilleurs que prévu pour le mois de décembre en zone euro
et d'un bon indice ZEW du climat des affaires en Allemagne.     
    
    * Tableau des principaux marchés mondiaux : 
 

 (Juliette Rouillon pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)