CGG sortira du bas de cycle par ses "propres moyens"-DG

mardi 16 décembre 2014 07h50
 

PARIS, 16 décembre (Reuters) - CGG sortira par ses propres moyens du bas de cycle qu'il traverse avec la chute des cours du pétrole, a déclaré au Figaro le directeur général du groupe, Jean-Georges Malcor, après l'abandon du projet de rachat de CGG par Technip.

Technip a annoncé dimanche qu'il ne déposerait finalement pas d'offre sur CGG après avoir tenté en vain de trouver avec sa cible une alternative à son projet initial de rachat de 1,47 milliard d'euros, dévoilé le 20 novembre et rejeté par le spécialiste français des services et équipements géophysiques.

Cette annonce a entraîné lundi une chute de l'action CGG, qui a plongé de 29% et accusé la plus forte baisse de l'indice SBF 120.

Interrogé sur l'avis de certains investisseurs pour qui CGG aura du mal à échapper à une augmentation de capital, Jean-Georges Malcor a déclaré au Figaro : "Ils le pensaient déjà à la fin du premier trimestre, puis au deuxième, au troisième (...) Ils avaient tort et nous maintenons que nous sortirons de ce bas de cycle par nos propres moyens."

"Nous avons renégocié nos échéances de dette. Nous poursuivrons nos efforts de désendettement le cas échéant par des cessions d'actifs", a-t-il ajouté.

Le patron de CGG a également indiqué que son groupe avait rejeté la proposition de Technip "pour des raisons avant tout industrielles", notamment à cause de son projet de se séparer de la division Acquisition de CGG, qui collecte des données pour mettre en évidence les réserves de pétrole.

"On pourrait envisager d'autres formes de coopérations commerciales entre nos deux groupes à l'image des alliances ou des coentreprises que nous avons avec d'autres acteurs et qui fonctionnent très bien", a en outre déclaré Jean-Georges Malcor.

CGG avait estimé début novembre que son plan de transformation, qui passe par une réduction de ses effectifs et des sa flotte, serait suffisant pour faire face à la baisse des cours du pétrole. (Benjamin Mallet, édité par Gilles Guillaume)