France-Aubry contre le passage de 5 à 12 dimanches travaillés

mercredi 10 décembre 2014 10h14
 

PARIS, 10 décembre (Reuters) - Martine Aubry, ancienne numéro un du Parti socialiste, déclare qu'elle combattra l'extension des possibilités de travailler le dimanche prévue par le projet de loi sur la croissance et l'activité présenté ce mercredi au conseil des ministres.

La maire de Lille, dont plusieurs parlementaires socialistes se réclament, fait cependant une exception pour les futures zones touristiques internationales qui "méritent une approche particulière car elles peuvent apporter du pouvoir d'achat supplémentaire et donc créer des emplois".

Dans une tribune publiée par Le Monde, elle dit en revanche être "fermement opposée au passage de cinq à douze dimanches ouverts par an" proposé, sur autorisation du maire, par le projet de loi du ministre de l'Economie, Emmanuel Macron.

"Je combattrai cette régression pour notre société au niveau national comme dans ma ville", ajoute l'ancienne ministre du Travail, qualifiant l'examen du texte de "moment de vérité".

Des élus socialistes ont déjà annoncé qu'ils voteraient contre le projet de loi s'il restait en l'état, en particulier sur le travail dominical.

Pour éviter que le texte soit vidé de sa substance au Parlement, Emmanuel Macron s'est livré mardi à un travail délicat d'explication auprès des députés socialistes.

Selon Martine Aubry, la question est de savoir si l'on veut faire de la consommation "l'alpha et l'oméga de notre société" alors même que "les arguments économiques de ceux qui sont favorables à une plus grande libéralisation du travail le dimanche ne résistent pas à l'analyse".

Voir aussi :   Suite...