Vinci et Eiffage pénalisés en Bourse par un vote des députés

lundi 8 décembre 2014 15h35
 

PARIS, 8 décembre (Reuters) - Les actions Vinci et Eiffage s'inscrivent en net repli lundi à la Bourse de Paris, pénalisés par un vote vendredi dernier à l'Assemblée nationale visant à supprimer un avantage fiscal accordé aux sociétés d'autoroutes.

A 15h18, le titre Eiffage recule de 4,52% à 39,40 euros et celui de Vinci abandonne 1,63% à 44,59 euros. L'indice SBF 120 se replie de 0,6% au même instant.

"L'Assemblée nationale a voté un texte défavorable aux sociétés d'autoroutes avec la fin d'un avantage fiscal", commente un vendeur actions en poste à Paris.

Les amendements 403, 257 et 435 visant à mettre un terme à une exemption fiscale dont bénéficiaient les sociétés d'autoroutes ont été adoptés vendredi par les députés dans le cadre de l'examen du projet de loi de finances rectificative pour 2014.

"En 2013, en effet, toutes les entreprises de France ont connu un coup de rabot, qui ne leur permet plus une déductibilité illimitée des intérêts d'emprunt", a déclaré vendredi à l'Assemblée Olivier Faure, député socialiste de Seine-et-Marne pour soutenir l'amendement 403.

"Or les sociétés d'autoroutes ont échappé à ce coup de rabot, et elles bénéficient aujourd'hui du régime qui s'applique aux délégataires de service public. Cet avantage représente, depuis 2006, la somme de 3,6 milliards d'euros", a-t-il ajouté.

Le gouvernement et les concessionnaires autoroutiers sont engagés dans un bras de fer depuis plusieurs semaines, avec au coeur de leurs discussions les tarifs des péages.

Le président de la Fédération nationale des travaux publics (FNTP), pénalisée par le blocage du plan de relance autoroutier, doit d'ailleurs rencontrer le ministre de l'Economie Emmanuel Macron le 18 décembre pour l'interpeller sur les difficultés du secteur. (Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Dominique Rodriguez)