La baisse du pétrole est répercutée à la pompe, estime l'Elysée

lundi 8 décembre 2014 13h43
 

PARIS, 8 décembre (Reuters) - La baisse des cours du pétrole sur les marchés mondiaux est répercutée "correctement" pour les consommateurs en France, ont estimé lundi les services de la présidence après une réunion entre François Hollande et les représentants du secteur.

"Cette réunion a permis de partager le constat que la baisse des cours du pétrole brut, qui ont atteint ces dernières semaines un point bas depuis 2010, est répercutée correctement dans les prix des carburants à la pompe", indique l'Elysée dans un communiqué.

La baisse représente 8 centimes par litre pour le gazole et 11 centimes par litre pour l'essence en cinq mois, selon la présidence.

Le Brent évolue lundi au plus bas depuis cinq ans, sous 67,50 dollars, mais la baisse de l'euro par rapport au dollar a limité l'impact de la chute des cours pour les consommateurs européens, qui estiment parfois être lésés par les distributeurs.

"Le marché français fonctionne", a assuré devant la presse le directeur général de Total Patrick Pouyanné, pour qui "la baisse du prix du brut a été intégralement répercutée au consommateur".

Pour le président de l'Union française des industries pétrolières (UFIP), les prix du pétrole se sont stabilisés et les consommateurs ne peuvent guère espérer de gains de pouvoirs d'achat supplémentaires à court terme.

"On ne voit pas une forte baisse dans les semaines ou les mois qui viennent, on va être probablement sur un plateau de prix", a estimé Jean-Louis Schilansky. (Julien Ponthus, édité par Sophie Louet)