Japon-La BoJ réduira probablement ses prévisions de prix-sources

lundi 8 décembre 2014 10h29
 

TOKYO, 8 décembre (Reuters) - Il semble de plus en plus probable que la Banque du Japon (BoJ) revoie à la baisse ses prévisions d'inflation le mois prochain, a-t-on appris de plusieurs sources, l'objectif d'un taux d'inflation à 2% d'ici mars 2016 semblant de plus en plus ambitieux.

La BoJ a surpris les marchés le 31 octobre en annonçant un nouvel assouplissement de sa politique d'assouplissement quantitatif (QE), qui vise à contrer l'impact de la chute des prix du pétrole et de la faiblesse de la demande intérieure sur les anticipations d'inflation.

Mais le cours du baril d'or noir a encore baissé de 15% depuis et certains responsables de la banque centrale craignent désormais de voir l'inflation ralentir à 0,5% environ d'ici la mi-2015 contre 1,4% en mai dernier.

La baisse des prix pétroliers constitue certes un avantage pour la politique de relance du Premier ministre Shinzo Abe mais elle handicape la BoJ, dont le gouverneur Haruhiko Kuroda s'est fixé pour objectif une inflation à 2% d'ici la fin de l'exercice budgétaire qui débutera le 1er avril.

Sauf rebond marqué du prix du baril, la BoJ pourrait donc réduire légèrement son objectif d'inflation de base pour l'exercice en cours, actuellement fixé à 1,2%, ont dit quatre sources au fait des débats au sein de la banque centrale.

Les plus pessimistes de ses responsables pourraient aussi plaider pour une révision à la baisse des prévisions pour 2015-2016, ce qui reviendrait à réduire légèrement la prévision médiane du comité de politique monétaire, fixée depuis octobre à 1,7%, ont ajouté ces sources, qui ont requis l'anonymat.

Cette fois-ci, la banque centrale ne semble toutefois pas disposée à adopter de nouvelles mesures de soutien monétaire.

"Les décisions d'octobre ont anticipé sur bon nombre de risques. La BoJ ne voulait pas seulement réagir aux fluctuations du cours du pétrole", a expliqué l'une des sources.

De nombreux responsables de la banque centrale veulent attendre au moins jusqu'en avril, afin d'en savoir plus, notamment sur l'évolution des salaires au Japon.   Suite...