5 décembre 2014 / 17:03 / il y a 3 ans

Le PS dévoile samedi le fruit de ses états généraux

* Près de 6.000 contributions, 1.500 propositions

* Une charte, nouvelle "carte d'identité" du parti

* Le congrès de juin se profile à l'horizon

par Elizabeth Pineau

PARIS, 5 décembre (Reuters) - Le Parti socialiste présente samedi les conclusions de trois mois d'états généraux destinés à donner un "socle commun" à un parti divisé et déboussolé par les choix de l'équipe au pouvoir face à la crise.

Selon les chiffres officiels, plus de 5.600 contributions et 300 témoignages ont débouché sur quelque 1.500 propositions rassemblées dans une charte adoptée cette semaine par les militants.

Au nombre des thèmes abordés : "Bâtir l'écosocialisme" soucieux d'environnement, "Bâtir une alter-Europe" plus proche des citoyens, "Une nouvelle croissance", "Développer et moderniser l'Etat protecteur" ou encore "Humaniser la mondialisation".

Destinés à redonner la parole à la base, les états généraux constituent le premier fait d'armes de Jean-Christophe Cambadélis, désigné premier secrétaire en avril dernier.

Ce dernier conclura samedi les travaux du "rassemblement national" entamés dans la matinée.

LE PS VEUT PESER SUR LA FIN DU QUINQUENNAT

Dans une lettre envoyée le 27 novembre aux militants, le député de Paris salue la rédaction d'une charte qui "correspond à la redéfinition de notre nouvelle carte d'identité".

"Les textes sont clairs. Les socialistes veulent la réussite de la France. Ils souhaitent, non pas défaire le quinquennat, mais peser sur la fin de celui-ci. Ils balayent les fausses querelles", écrit-il, alors que le PS se déchire sur la ligne économique choisie par le gouvernement de Manuel Valls, dans un contexte d'impopularité record du président François Hollande.

Le premier secrétaire revient aussi sur les doutes exprimés dans sa famille politique quant à l'efficacité du Pacte de responsabilité lancé en janvier, qui prévoit des baisses de charges pour les entreprises en contrepartie d'un engagement - jugé trop modeste par une partie de la gauche - en faveur de l'investissement et l'emploi.

"Les socialistes insistent sur le dosage entre réduction des déficits et croissance. La question de l'équilibre entre l'offre et la demande est posée", écrit Jean-Christophe Cambadélis.

"Le fléchage des aides aux entreprises, le soutien aux PME et aux entreprises exportatrices, la demande d'investissement dans la recherche forment l'ébauche d'une lecture de la fin du quinquennat", ajoute le patron des socialistes, qui a alterné critiques et satisfecits ces sept derniers mois à l'égard du gouvernement.

Alors que le scrutin présidentiel de 2017 est déjà dans toutes les têtes, les 1.500 propositions socialistes "doivent être écoutées et entendues", insiste le premier secrétaire.

Les états généraux sont aussi un moyen de préparer le congrès socialiste de juin 2015, au lendemain d'élections départementales à haut risque pour la majorité et à six mois des élections régionales de décembre.

Dans cette perspective, Jean-Christophe Cambadélis se pose comme le principal adversaire de l'ancien président Nicolas Sarkozy depuis l'élection de ce dernier à la tête de l'UMP. (Edité par Sophie Louet)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below