Introduction en Bourse envisagée pour Urenco

jeudi 4 décembre 2014 19h06
 

FRANCFORT/LONDRES, 4 décembre (Reuters) - Une introduction en Bourse est désormais le scénario privilégié pour Urenco, entreprise d'enrichissement d'uranium dont ses copropriétaires, Grande-Bretagne, Pays-Bas et Allemagne, cherchent à se séparer, a-t-on appris de trois sources proches du dossier.

Les trois pays, qui détiennent chacun un tiers du numéro deux du secteur derrière le russe Tenex, continuent de réfléchir à une cession de cette entreprise mais ils penchent désormais en faveur d'une IPO. Une éventuelle introduction en Bourse paraît toutefois peu probable, pour des raisons politiques, avant les élections législatives prévues en mai en Grande-Bretagne.

Urenco pourrait rapporter jusqu'à 10 milliards d'euros mais la complexité de son actionnariat rend difficile aussi bien une vente qu'une introduction en Bourse, soulignent les trois sources.

Ses propriétaires, parmi lesquels les groupes allemands E.ON et RWE au nom de l'Etat allemand, sont en outre soucieux d'éviter que des technologies secrètes susceptibles d'être utilisées pour fabriquer des armes nucléaires ne tombent entre des mains indésirables.

Des sources avaient rapporté en octobre que les trois Etats concernés avaient demandé aux acquéreurs potentiels de soumettre avant la fin de l'année des offres indicatives.

L'une des trois sources s'étant exprimées jeudi a souligné que certains candidats intéressés avaient du mal à réunir les fonds nécessaires. Elle a cité en particulier le groupe français Areva, qui a émis en novembre un troisième avertissement en quatre mois sur ses résultats.

En cas de cession, le choix de l'acquéreur devra être approuvé par les trois pays propriétaires. (Arno Schuetze et Freya Berry, Bertrand Boucey pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)