GDF Suez veut qu'EDF cède deux fois plus de nucléaire en France

jeudi 4 décembre 2014 11h24
 

PARIS, 4 décembre (Reuters) - La part d'électricité d'origine nucléaire qu'EDF est contraint de vendre à ses rivaux devrait être doublée pour leur permettre de davantage concurrencer l'opérateur historique, a estimé jeudi le PDG de GDF Suez Gérard Mestrallet.

EDF doit céder depuis 2011 une partie de son électricité d'origine nucléaire en France à un prix fixé par l'Etat (Arenh), dans une limite de 100 térawatts/heure (TWh) par an qui représente environ un quart de sa production.

Mais l'opérateur historique détenait encore une part de marché de 91% en nombre de sites et de 84% en termes de volumes de consommation d'électricité à fin septembre, tous types de sites et d'offres confondus.

Selon Gérard Mestrallet, la fin prévue pour le 31 décembre 2015 des tarifs réglementés jaune et vert, essentiellement appliqués aux entreprises et que seul EDF peut proposer, justifierait un relèvement du plafond de l'Arenh qui obligerait l'opérateur historique à céder jusqu'à la moitié environ de sa production nucléaire française.

"Les besoins d'Arenh vont augmenter de façon importante, alors même qu'on est déjà tout près du plafond. Donc il nous semble que, pour tenir compte de cette situation, le plafond de volume de l'Arenh devrait être doublé à 200 térawatts/heure", a-t-il dit lors d'une audition à l'Assemblée nationale.

Le gouvernement avait annoncé début novembre que le prix de l'Arenh n'augmenterait pas le 1er janvier 2015 et resterait donc maintenu à 42 euros par mégawatt/heure (MWh) dans l'attente d'une réforme en cours de son mode de calcul.

Gérard Mestrallet a également estimé que la contribution des consommateurs de gaz français à la lutte contre le réchauffement climatique, notamment à travers des taxes, se traduirait par une hausse des prix de 11% à l'horizon 2020.

Le PDG a également confirmé que les tarifs du gaz en France augmenteraient de 1,8% le 1er janvier en raison de la hausse de la taxe intérieure de consommation sur le gaz naturel (TICGN). (Benjamin Mallet, édité par Dominique Rodriguez)