Investir dans les combustibles fossiles, un risque élevé, dit Figueres à Lima

mardi 2 décembre 2014 08h28
 

par Alister Doyle

LIMA, 2 décembre (Reuters) - La chute des prix du pétrole montre qu'investir dans les combustibles fossiles présente un "risque élevé", par comparaison avec les énergies renouvelables, a déclaré lundi Christiana Figueres, secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), à l'ouverture de la conférence de Lima sur le climat.

La volatilité des cours du pétrole "est justement l'une des principales raisons pour lesquelles nous devons nous tourner vers les énergies renouvelables(...)", a-t-elle dit lors d'un point de presse, au début de cette conférence censée préparer celle de Paris l'an prochain.

"Nous constatons que l'on comprend de plus en plus que les investissements dans les combustibles fossiles présentent en fait un risque élevé, et deviennent de plus en plus risqués", a-t-il dit en saluant la décision de l'entreprise allemande E.ON de placer ses centrales thermiques dans une entité distincte afin de se concentrer sur les énergies renouvelables et les réseaux électriques.

Pour autant, certains experts sont d'avis que la chute des cours du pétrole pourrait ralentir certains investissements dans les énergies vertes et pourrait rendre certains exportateurs comme la Russie et l'Arabie saoudite réticents à des concessions aux négociations sur les changements climatiques, parce qu'ils craindraient qu'elles ne nuisent à leurs revenus pétroliers.

MISE EN GARDE DE PACHAURI

"Il est difficile de dire quel sera l'impact net", a dit le scientifique Alden Meyer, alors que le Brent a atteint 67,5 dollars le baril, son plus bas niveau depuis octobre 2009, avant de rebondir à 72,5.

Les négociateurs sur le climat espèrent parvenir à un accord en 2015 en vue de contenir au mieux la hausse des températures.   Suite...