Donald Tusk prend ses fonctions de président du Conseil européen

lundi 1 décembre 2014 18h36
 

BRUXELLES, 1er décembre (Reuters) - L'ancien Premier ministre polonais Donald Tusk, qui a pris lundi ses fonctions de président du Conseil européen, a promis d'exercer son mandat avec fermeté et combattre la crise économique avec une "détermination impitoyable".

A 57 ans, l'ex-chef de gouvernement issu du centre-droit dont les sept années aux affaires ont été marquées par la croissance et l'essor de l'influence polonaise au sein de l'UE, succède au Belge Herman Van Rompuy, premier titulaire du poste créé en 2009, qui a contribué dans la discrétion à des compromis essentiels au sauvetage de l'euro.

"Nous avons aussi affaire à des ennemis, pas seulement à des sceptiques. La politique est de retour en Europe. L'Histoire aussi. En cette période, nous avons besoin de détermination et d'unité", a-t-il déclaré en anglais, évoquant les tensions avec la Russie au sujet du conflit ukrainien.

"L'Europe doit assurer la sécurité de ses frontières et soutenir ceux, qui aux alentours, partagent nos valeurs", a poursuivi Donald Tusk lors d'une brève cérémonie de passation des pouvoirs qui, de son propre aveu, l'a rendu "un peu nerveux".

L'année qui vient, a-t-il souligné, sera décisive pour les relations entre l'UE et les Etats-Unis. Les deux premières puissances commerciales négocient un accord de libre échange qui soulève des objections de part et d'autre de l'Atlantique.

Le nouveau président du Conseil, qui a également prononcé quelques mots en français à la fin de son discours, fera sa véritable entrée sur la scène européenne à l'occasion du sommet des 18 et 19 décembre à Bruxelles.

Les "28" tenteront alors de se mettre d'accord sur la création d'un Fonds européen d'investissement en faveur de l'emploi et de la croissance et débattront notamment de la discipline budgétaire.

Ses pairs européens attendent de lui qu'il fasse preuve d'un peu plus de fermeté que son prédécesseur dans les relations internationales, en particulier à l'égard de la Russie. La diplomate estonienne Riina Kionka, sa principale conseillère en la matière, a travaillé dans les années 80 à Radio Free Europe, la station américaine qui émettait alors à destination du bloc soviétique.

En vertu du traité de Lisbonne, les prérogatives du président du Conseil européen se limitent toutefois à l'organisation des sommets. Il est également chargé de représenter l'UE à l'extérieur. Doté d'une petite équipe et d'un budget modeste, il joue surtout le rôle de médiateur entre les dirigeants des Etats-membres.

Sur le plan personnel, Donald Tusk entretient de bonnes relations avec le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, issu comme lui du centre-droit, qui a pris ses fonctions le 1er novembre.

(Philip Blenkinsop, Jean-Philippe Lefief pour le service français)