Banques-La BCE veut aussi examiner la rentabilité et la gestion

lundi 1 décembre 2014 16h05
 

par Thomas Atkins et Stefano Bernabei

FRANCFORT/ROME, 1er décembre (Reuters) - Après avoir soumis les bilans des banques européennes à des tests de résistance, la Banque centrale européenne (BCE) compte procéder à un examen de santé plus approfondi pour évaluer leur rentabilité et leur gestion.

Cet examen du "business model" risque d'être amer pour des marchés fragmentés comme l'Allemagne et l'Italie et de pousser les établissements les plus faibles à se regrouper, à augmenter leur capital, à passer le dividende ou à modifier leur mode de fonctionnement.

Les banques disposant d'un appui politique feront sans doute de l'obstruction mais dans la mesure où les perspectives économiques de la zone euro s'assombrissent, le besoin d'une inspection poussée du secteur bancaire se fait pressant.

"En raison en partie de la situation financière en Europe et en raison aussi de la structure des systèmes bancaires en Europe... la durabilité de la rentabilité est sans doute le principal risque et le principal défi des banques dans les années à venir", avait déclaré la semaine dernière à Reuters Danièle Nouy, qui dirige le Mécanisme de supervision unique (MSU), l'organisme chargé de superviser les banques européennes.

Nouy a déjà conseillé aux banques de se défaire des opérations les plus faibles en vue des futurs tests du modèle d'activité (business model), déclarant que les régulateurs s'intéresseraient avant tout à leur capacité à dégager des profits sur la durée.

Le Fonds monétaire international (FMI) estimait voici quelques semaines que près des trois quarts des banques de la zone euro doivent modifier sensiblement leur business model pour répondre à la demande de crédits lorsque la situation économique se sera vraiment améliorée.

"C'est un sujet très sensible; les banques ne l'apprécient guère mais c'est le régulateur qui mène le jeu à présent", dit Christian Thun (Moody's Analytics). "Il faudra qu'elles s'en accommodent".

Cela étant, la BCE se contentera de mettre en lumière les points faibles et d'inviter à trouver des solutions plutôt que d'ordonner la fermeture ou la réduction d'activité d'un segment d'activité donné.   Suite...