Opep-L'idée d'une baisse de la production s'éloigne

mercredi 26 novembre 2014 14h10
 

* Iran-certains pays de l'Opep pensent parts de marché

* Pression sur les non-Opep pour qu'ils coopèrent

* La Russie refuse tout engagement formel

par Alex Lawler et Amena Bakr

VIENNE, 26 novembre (Reuters) - L'Arabie saoudite, le premier exportateur mondial de pétrole, a signalé mercredi qu'elle n'interviendrait sans doute pas en faveur d'une modification majeure de la production de l'Opep lors de la réunion qui se tiendra jeudi, la Russie ayant refusé de participer à toute réduction des extractions.

Le baril de Brent a chuté de plus 30% depuis juin pour tomber sous le seuil des 80 dollars, victime de l'explosion de l'exploitation des schistes et du ralentissement économique mondial, et les marchés estiment que seule une révision des quotas de production pourrait enrayer la dégringolade des cours. De ce point de vue, la réunion de jeudi sera donc l'une des plus importantes de l'organisation ces dernières années.

Le ministre saoudien du Pétrole Ali al Naïmi a dit que Ryad s'attendait à une "stabilisation d'elle-même du marché à terme" mais a refusé de commenter les discussions qui ont eut lieu mardi avec l'Arabie Saoudite, le Venezuela et le Mexique et n'ont donné lieu à aucun accord.

Son homologue iranien Bijan Zangeneh a de son côté déclaré que certains membres de l'Opep, mais pas l'Iran lui-même, se préparaient à une bataille des parts de marché et a jugé nécessaire la participation des pays non-membres de l'Opep aux efforts de baisse de la production.

"La chose la plus importante pour nous tous est l'unité et la solidarité de l'Opep et dans cette situation, je pense que nous avons besoin de la contribution des pays non-membres de l'Opep pour réguler le marché", a-t-il dit à la presse.   Suite...