November 26, 2014 / 9:19 AM / in 3 years

LEAD 2-Thomas Cook plonge en Bourse avec le départ de sa directrice

4 MINUTES DE LECTURE

(Actualisé avec cours de Bourse, déclarations du président, analyste, précisions)

par Sarah Young

LONDRES, 26 novembre (Reuters) - L'action Thomas Cook s'effondre de 20% mercredi à la Bourse de Londres après l'annonce surprise de la démission de sa directrice générale Harriet Green, qui a réussi en deux ans un redressement spectaculaire du voyagiste britannique.

Le titre perd 20% à 110,25 pence vers 10h40 GMT, sa plus forte baisse en deux ans et demi et de loin la plus mauvaise performance de l'indice paneuropéen STOXX 600, d'autant que Thomas Cook a averti dans le même temps que sa croissance devrait ralentir en 2015 en raison d'un environnement dégradé.

Harriet Green, qui était étrangère au secteur des voyages avant de prendre la tête de Thomas Cook, est remplacée avec effet immédiat par le directeur général délégué Peter Fankhauser.

Pour Wyn Ellis, analyste chez Numis, la réaction du marché est pleinement justifiée tant le départ de Harriet Green paraît intervenir au mauvais moment.

"Au-delà de tout le battage qu'il y a eu autour de celà, la transformation de Thomas Cook est loin d'être achevée. Le moment choisi est malheureux, notamment alors que l'environnement commercial semble se dégrader", a dit cet analyste.

Pour Frank Meysman, le président de Thomas Cook, Harriet Green a au contraire achevé sa mission de restructuration du groupe. Prié de s'expliquer sur ce départ, il a assuré qu'il avait toujours été dans son intention d'embaucher un nouveau directeur général à un moment de ce processus.

"Nouvelle Phase"

"C'est une question d'équilibre, chacun a ses propres qualités", a-t-il dit aux journalistes.

"Nous passons désormais à une nouvelle phase où la mise en oeuvre de cette stratégie devient l'élément le plus important et en conséquence, nous avons le sentiment que le moment est venu de nous tourner vers quelqu'un qui a été préparé à devenir directeur général dans notre secteur", a-t-il ajouté.

Pour Frank Meysman, Harriet Green n'a pas nécessairement déjà trouvé un nouveau poste ailleurs. Sa directrice générale semble indiquer le contraire dans le communiqué accompagnant les résultats du groupe.

"J'ai toujours dit que je me tournerais vers de nouveaux défis, dans une nouvelle entreprise, une fois ma mission accomplie. Le moment est venu", dit-elle.

Lorsqu'elle a pris les commandes de Thomas Cook en juillet 2012, Harriet Green a récupéré une entreprise frappée de plein fouet par la crise de la zone euro, la hausse des prix des carburants et les "printemps arabes", autant de facteurs affectant directement des destinations particulièrement prisées comme la Grèce, l'Egypte ou la Tunisie.

Harriet Green a entrepris de redresser les comptes du plus ancien voyagiste en activité via des réductions d'effectifs, des fermetures d'agences et une série de cessions d'actifs pour réduire sa dette.

Cette politique a contribué à une forte croissance des bénéfices, ce qui a fait bondir de près de 900% le cours de l'action en à peine plus de deux ans.

Annonçant ses résultats pour l'exercice clos fin septembre, Thomas Cook a fait état mercredi d'un bénéfice d'exploitation en hausse de 44% à 323 millions de livres (407 millions d'euros), ce qui est à peu près conforme au consensus Thomson Reuters de 320 millions de livres. (Véronique Tison et Bertrand Boucey pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below