2015-Le crédit restera attractif dans un environnement compliqué

vendredi 28 novembre 2014 12h43
 

* Retour en force de la catégorie IG

* 2015 verra les politiques monétaires diverger

* La "répression financière" continuera, selon Allianz GI

par Raoul Sachs

PARIS, 28 novembre (Reuters) - La dette des entreprises en euro conservera son rang de classe d'actifs performante en 2015 dans un environnement de taux d'intérêt appelés à rester très bas mais les investisseurs devront naviguer, pour la première fois en sept ans de crise, entre des politiques monétaires divergentes, source de retour de la volatilité.

Alors que les Etats-Unis redeviennent, à l'aube de la nouvelle année, le moteur d'une croissance mondiale au demeurant molle, la Réserve fédérale américaine va chercher à "normaliser" sa politique monétaire via un relèvement des taux courts après avoir mis fin en octobre à son programme d'"assouplissement quantitatif" (QE).

A l'inverse, la Banque centrale européenne, confrontée à une zone euro anémiée et au risque de déflation, devrait, comme la Banque du Japon l'a fait récemment, prendre le relais de la Fed et se doter d'un véritable QE qui consiste à acheter massivement des actifs financiers, emprunts d'Etat, dette corporate ou obligations adossées à des créances de bonne qualité (ABS) pour tenter de relancer l'économie et l'inflation et favoriser la prise de risque.

Si la plupart des stratégistes ou responsables de l'allocation d'actifs des maisons de courtage ou de gestion n'en concluent pas pour autant à une remontée brutale des taux américains ni à un risque de krach obligataire, ils estiment que la divergence des politiques monétaires sera source de volatilité.

"Quand le front froid de certaines banques centrales entrera en collision avec le front chaud des autres, il faudra s'attendre, à beaucoup plus d'orages sur les marchés que ce qu'on a pu voir ces dernières années", écrivent les stratégistes de Credit Suisse dans leurs perspectives 2015.   Suite...