GRAPHES-L'Asie, prochain épicentre de la crise financière ?

mardi 25 novembre 2014 18h23
 

25 novembre (Reuters) - Après la crise des subprimes qui a ébranlé le système financier américain et ses répliques en Europe qui ont débouché sur la crise des dettes souveraines au sein de la zone euro, l'Asie sera-t-elle le prochain épicentre de la grande crise financière dont l'économie mondiale peine à sortir depuis sept ans ?

Les décisions inattendues prises ces dernières semaines par les autorités chinoises et japonaises peuvent le laisser craindre.

Au Japon, deux événements ont remis en question la crédibilité des "Abenomics", le programme initié par le Premier ministre Shinzo Abe et destiné à sortir l'économie de deux décennies de marasme.

La Banque du Japon a annoncé le 31 octobre un renforcement de son programme d'acquisition d'actifs pour le porter de 70.000 milliards de yens par an à 80.000 milliards, soit l'équivalent de 17% du PIB.

Face à la rechute de l'économie en récession après la hausse de TVA du printemps, le gouvernement a dit vouloir repousser un deuxième relèvement, initialement prévu en octobre 2015, et a convoqué des élections anticipées le 14 décembre pour tenter de donner un nouveau souffle à sa politique.

En Chine, les autorités ont annoncé une baisse de 40 points de base du taux des prêts à un an et de 25 points de base des taux créditeurs à un an, tandis que des sources proches des autorités chinoises ont dit à Reuters qu'un nouvel assouplissement n'était pas exclu si nécessaire mais qu'il n'interviendrait pas avant la publication des chiffres de la croissance au quatrième trimestre. et

Les initiatives des autorités japonaises soulignent combien il peut être difficile de s'extraire d'une situation de faible croissance et de faible inflation et combien la consolidation budgétaire par les hausses d'impôts peut s'avérer contre-productive dans ce type d'environnement.

Si l'amplification de l'assouplissement quantitatif s'est traduit par un nouvel affaiblissement du yen, l'annonce du report d'une deuxième hausse de la TVA s'est accompagnée d'une forte tension sur le coût d'assurance contre le risque de défaut sur la dette souveraine japonaise, telle que mesurée par les CDS à 5 ans.

Graphique de l'évolution des CDS à 5 ans sur la dette souveraine japonaise et du dollar/yen :   Suite...