La Chine prête à baisser encore ses taux pour éviter la déflation

dimanche 23 novembre 2014 16h28
 

par Kevin Yao

PEKIN, 23 novembre (Reuters) - Les dirigeants du gouvernement chinois et de la banque centrale sont prêts à abaisser encore les taux d'intérêt et à assouplir les règles de crédit de peur que la baisse des prix ne déclenche une vague de défauts de paiements, de faillites et de pertes d'emplois, selon des sources prenant part aux décisions.

La décision inattendue de Pékin vendredi d'abaisser ses taux directeurs pour la première en plus de deux ans est signe d'un changement d'orientation des autorités chinoises, qui s'étaient contentées jusqu'à présent de prendre des mesures limitées de soutien à la croissance avant de décider finalement qu'une mesure radicale d'assouplissement monétaire était nécessaire pour stabiliser la deuxième économie mondiale.

La croissance chinoise a ralenti à 7,3% au troisième trimestre et les dirigeants politiques craignaient qu'elle ne passe sous la barre des 7% pour la première fois depuis la crise financière mondiale. Les prix à la production sont en baisse depuis près de trois ans, ce qui pèse sur l'activité industrielle, et les prix à la consommation sont faibles aussi.

"Les hauts dirigeants ont changé de point de vue", indique un économiste en vue d'un groupe de réflexion qui participe aux discussions en matière de politique intérieure.

L'économiste, qui n'a pas voulu être identifié, précise que la Banque populaire de Chine (PBoC) est désormais en faveur d'une politique globale de stimulation de la croissance et ouverte à d'autres baisses de taux, ainsi qu'à une réduction du ratio de réserves obligatoires qui restreint de fait le montant de capitaux disponibles pour financer les émissions de crédit.

La Chine a abaissé le ratio de réserves pour certaines banques cette année mais n'a pas annoncé de révision en baisse de ce ratio pour l'ensemble du secteur bancaire depuis mai 2012.

"De nouvelles réductions des taux d'intérêt devraient être en préparation car nous sommes entrés dans un cycle de baisse des taux, et des abaissements du ratio de réserves obligatoires sont également problables", précise l'économiste.

La décision de vendredi d'abaisser le taux de référence des prêts à un an, de 40 points de base à 5,6%, a également été provoquée par la crainte que les gouvernements locaux ne peinent à gérer le fardeau de leur dette, précisent les sources.   Suite...