Eutelsat -Ariane 6 devra faire la preuve de sa fiabilité

mercredi 19 novembre 2014 12h46
 

PARIS, 19 novembre (Reuters) - Ariane 6, la nouvelle version de la fusée européenne prévue pour 2020, devra prouver sa fiabilité face au lanceur américain SpaceX dans un marché spatial de plus en plus concurrentiel, a estimé mercredi le PDG de l'opérateur de satellites Eutelsat.

La future Ariane 6, dont Eutelsat a proposé d'être le premier client, ne devra donc pas seulement proposer des prix attractifs face à la concurrence américaine, mais aussi japonaise ou russe, a dit Michel de Rosen, également président de l'Association européenne des opérateurs de satellites (ESOA).

La réunion ministérielle des pays membres de l'Agence spatiale européenne (ESA) doit décider officiellement le 2 décembre à Luxembourg du lancement d'Ariane 6, après plusieurs années d'hésitations quant à un programme intermédiaire qui prévoyait d'améliorer Ariane 5.

"Pendant quelques années, il y a eu une conjoncture astrale qui a bénéficié à Ariane", a déclaré Michel de Rosen lors d'un point de presse. "Ariane a bénéficié d'une prime de qualité parce que les autres lanceurs étaient soient indisponibles, soit moins fiables."

Si d'ici 2020 l'américain SpaceX a réussi 80 vols avec succès, on ne pourra plus parler d'une "prime de qualité" actuellement acceptée par les opérateurs pour utiliser Ariane 5 qui a réussi 63 lancements consécutifs, a-t-il noté.

"Le nouveau lanceur Ariane 6 devra démontrer sa fiabilité", a ajouté Michel de Rosen. "Nous ne sommes pas des philanthropes. (...) C'est notre intérêt d'un fournisseur compétitif, c'est dans leur intérêt de nous séduire."

Ariane 6 aura fort à faire face à la concurrence attendue au Japon, l'Inde ou le Brésil.

Eutelsat a annoncé fin juillet l'acquisition d'Eutelsat 172B, le premier satellite à propulsion électrique européen, auprès d'Airbus Defence and Space, filiale d'Airbus Group , et Arianespace.

Airbus Group et le motoriste Safran dévoileront d'ici le 1er décembre une coentreprise dans les lanceurs afin de préparer le lancement d'Ariane 6. (Cyril Altmeyer, édité par Dominique Rodriguez)