Aéroport de Toulouse-Les élus veulent peser sur la gouvernance

mercredi 19 novembre 2014 11h20
 

par Johanna Decorse

TOULOUSE, 19 novembre (Reuters) - Les actionnaires minoritaires de l'aéroport de Toulouse qui n'ont plus que quelques heures mercredi pour rendre leur avis consultatif sur les quatre candidats à la privatisation de la plate-forme aéroportuaire, déclarent vouloir participer à sa future gouvernance et être associés aux grandes décisions.

La chambre de commerce et d'industrie (CCI) de Toulouse qui détient 25% du capital de l'aéroport et les trois collectivités locales, la région Midi-Pyrénées, le département de la Haute-Garonne, la communauté urbaine de Toulouse Métropole, à la tête de 5% chacune, ont terminé lundi les auditions des quatre candidats et ont jusqu'à mercredi soir au plus tard pour remettre leur avis à l'Agence des participations de l'Etat (APE).

Les quatre candidats toujours en lice sont Aéroports de Paris et Predica, le groupe de BTP et de concessions Vinci associé à la Caisse des dépôts et à EDF , le fonds d'investissements Cube Infrastructure et le consortium formé par le groupe canadien d'ingénierie et de construction SNC-Lavalin et trois investisseurs chinois, l'aéroport de Shenzen, Shandong Hi-Speed Group et le FPAM Group.

Le gouvernement rendra dans un délai d'un mois sa décision sur le candidat retenu pour la privatisation du sixième aéroport français, a fait savoir lundi le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, alors qu'une décision était initialement attendue d'ici fin novembre.

A l'issue des auditions, les actionnaires institutionnels ont déclaré avoir détaillé aux candidats leurs souhaits et exigences communes en fonction des intérêts de la région.

"Nous leur avons clairement dit que nous ne voulions pas d'un actionnaire qui ne rachèterait les parts de l'Etat que pour réaliser une opération financière. Ce changement d'actionnariat doit profiter à l'aéroport et au territoire", a déclaré à Reuters Jean-Luc Moudenc, président UMP de Toulouse Métropole et maire de Toulouse.

La CCI, Toulouse Métropole et la Région Midi-Pyrénées ont demandé aux repreneurs potentiels de leur donner un pouvoir supérieur à ce que les textes et la place d'actionnaires minoritaires prévoient.

"Nous voulons participer à la gouvernance aux côtés du futur actionnaire et être associées aux décisions stratégiques, y compris pour celles qui ne requièrent que la majorité des voix () pour nous assurer que l'intérêt général est bien pris en compte. Il ne s'agit pas de signer un chèque en blanc à un actionnaire privé", a souligné Jean-Luc Moudenc qui présidera le comité d'investissement de l'aéroport.   Suite...