BoE-Divergence de vues entre les partisans du statu quo

mercredi 19 novembre 2014 11h08
 

LONDRES, 19 novembre (Reuters) - Deux membres du comité de politique monétaire (MPC) de la Banque d'Angleterre (BoE) ont à nouveau voté en faveur d'une hausse des taux d'intérêt ce mois-ci et une "réelle divergence de vues" s'est manifestée entre les sept autres membres qui se sont prononcés en faveur du statu quo.

La plupart des membres du MPC ont considéré que la faiblesse des perspectives d'inflation justifiait de maintenir le taux directeur à son plus bas record de 0,5%, montre le compte rendu, publié mercredi, de la réunion monétaire des 5 et 6 novembre.

"Au sein de ce groupe, il y avait une réelle divergence de vues concernant l'équilibre des risques entourant ces perspectives", est-il écrit dans le compte rendu.

Certains ont estimé qu'il y avait un risque que la croissance économique ralentisse plus qu'anticipé et que l'inflation reste inférieure à l'objectif pour une période plus longue, ce qui rendrait l'économie britannique vulnérable à des chocs si les taux remontaient trop rapidement.

Mais il a y aussi un risque que les capacités excédentaires dans l'économie puissent être éliminées plus rapidement que ne le prévoyait la BoE dans ses dernières projections.

Les responsables monétaires se sont interrogés sur le point de savoir si la demande privée resterait suffisamment soutenue pour compenser le resserrement budgétaire et la faiblesse de la demande étrangère.

Ian McCafferty et Martin Weale, qui se sont prononcés en faveur d'une hausse des taux depuis le mois d'août, ont à nouveau souligné que le maintien de l'inflation en dessous de l'objectif de la BoE s'expliquait par la vigueur de la livre et par la baisse des prix des matières premières.

Les nouvelles prévisions économiques publiées la semaine dernière par la BoE faisaient état d'une probable baisse de l'inflation sous le seuil de 1% en rythme annuel dans les six prochains mois et le gouverneur Mark Carney avait laissé entendre que les investisseurs avaient raison de ne pas anticiper une hausse rapide des taux d'intérêt.

L'inflation a légèrement progressé en mois d'octobre à 1,3% en rythme annuel mais reste bien inférieure à l'objectif de 2% de la BoE tandis que la hausse des salaires n'a dépassé que de peu celle des prix au mois de septembre.   Suite...