Technicolor-Vector Capital veut une nouvelle revue stratégique

mardi 18 novembre 2014 08h11
 

PARIS, 18 novembre (Reuters) - Vector Capital, le principal actionnaire de Technicolor, souhaite une nouvelle revue stratégique du groupe spécialisé dans les technologies destinées au cinéma et à la télévision qui soit conduite par un tiers indépendant, a déclaré au journal Les Echos le fondateur et directeur général du fonds.

Alex Slusky a également assuré que Vector Capital, qui détient encore 13% du capital de Technicolor, n'entendait pas céder le solde de sa participation mais voulait rester un actionnaire de long terme du groupe, dont il juge que la valeur peut encore progresser.

Technicolor a annoncé au début du mois avoir décidé d'assigner Vector Capital devant le tribunal de commerce de Nanterre, ce qui a alors fait chuter l'action du groupe en Bourse, certains anticipant notamment la cession des parts du fonds.

"Nous souhaitons qu'une vraie revue stratégique soit conduite par une tierce partie indépendante pour l'après-Amplify 2015", a déclaré aux Echos Alex Slusky, pour qui de nombreux objectifs de ce plan stratégique ont déjà été atteints (amélioration des cash-flows, baisse des coûts ou encore remboursement de la dette).

"Si la direction accepte une telle revue stratégique, nous sommes prêts à nous engager juridiquement à ne pas céder le moindre titre pendant toute la durée de ce travail", a-t-il ajouté.

Le fonds préconise une séparation des activités du groupe en laissant dans Technicolor l'activité technologique et ses brevets.

"C'était d'ailleurs déjà prévu dans Amplify 2015, mais c'est resté lettre morte", a souligné Alex Slusky.

"Nous pensons que les différentes activités se porteraient mieux si elles étaient logées dans des entités séparées et gérées par des hommes connaissant bien leurs spécificités (...) Elles n'ont en effet pas grand-chose à voir en termes d'objectifs, de besoins ou de stratégie", a-t-il estimé.

Technicolor a confirmé le mois dernier ses objectifs 2014 malgré l'annonce d'un chiffre d'affaires en baisse au troisième trimestre, pénalisé par une activité des Services DVD plus faible qu'envisagé. (Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Benjamin Mallet)