Halliburton envisage une offre inamicale sur Baker Hughes-sources

samedi 15 novembre 2014 02h20
 

15 novembre (Reuters) - Halliburton envisage de lancer une offre inamicale sur Baker Hughes, le numéro trois mondial des services pétroliers, qui s'est retiré vendredi des discussions préliminaires sur une fusion entre les deux groupes, ont déclaré deux responsables au fait de ces consultations.

Les deux groupes ont une capitalisation boursière cumulée de 70 milliards de dollars (55,9 milliards d'euros), soit nettement moins que les 120 milliards de dollars du Schlumberger, numéro un mondial des services pétroliers. Une fusion créerait un géant employant 140.000 personnes.

Les deux groupes n'ont pas réussi jusqu'à présent à s'entendre sur le prix d'une transaction et sur d'autres sujets comme les actifs à céder pour répondre aux inquiétudes des autorités de la concurrence, ont dit ces deux responsables. Il n'est pas exclu cependant que Baker Hughes retourne à la table des négociations, a dit l'un d'eux.

Halliburton a approché Baker Hughes voici plus d'un mois et a envisagé de faire une offre non sollicitée parce que Baker Hughes se montrait peu enthousiaste à discuter, déclarait la semaine dernière une troisième personne au fait du dossier.

Si jamais les deux entreprises devaient fusionner, elles pourraient devoir céder des actifs pour convaincre les autorités de régulation qu'elles ne nuiront pas à la concurrence, selon Seth Bloom, un ancien de la division antitrust du département américain de la Justice, aujourd'hui reconverti dans le privé. Un accord de fusion entre les deux groupes serait passé à la loupe par les autorités de la concurrence en Europe, en Chine, au Brésil et au Mexique, ont déclaré d'autres experts.

Les cours du pétrole ont chuté d'un tiers depuis le mois de juin, freinant la demande pour les forages et autres services fournis par les sociétés du secteur parapétrolier. (Mike Stone; Benoît Van Overstraeten et Eric Faye pour le service français)