MSF va tester des traitements d'Ebola en Guinée et au Liberia

jeudi 13 novembre 2014 09h14
 

LONDRES, 13 novembre (Reuters) - Des essais cliniques de traitements potentiels de la fièvre Ebola débuteront en décembre dans des centres médicaux de Médecins sans frontières (MSF) en Guinée et au Liberia, a annoncé jeudi l'organisation non-gouvernementale.

Ces essais, qui pourront impliquer jusqu'à plusieurs centaines de patients, porteront sur le brincidofovir, développé par le laboratoire américain Chimerix, et le favipiravir du japonais Fujifilm. Ils viseront aussi à déterminer si le plasma sanguin de survivants de l'épidémie peut être utilisé pour traiter des personnes infectées par le virus.

Les premiers résultats de ces essais sont attendus en février prochain, a précisé MSF dans un communiqué.

Les études ne prévoient pas d'administrer des placebos à une partie des participants et elles n'impliqueront que des patients ayant exprimé leur consentement. Les chercheurs surveilleront l'évolution de l'état de santé des patients et recueilleront des données sur les taux de survie et d'éventuels effets secondaires des traitements.

Les essais pourront être interrompus prématurément si les traitements se révèlent clairement efficaces ou, au contraire, des effets néfastes.

MSF a précisé que de nouveaux traitements expérimentaux pourraient être intégrés aux essais s'ils sont prêts à temps.

L'épidémie de fièvre Ebola a touché plus de 13.000 personnes au total et fait plus de 5.000 morts selon les chiffres publiés mercredi par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). La plupart des victimes se trouvent en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone.

MSF a appelé les laboratoires pharmaceutiques concernés à accélérer la production de traitements afin d'éviter un délai entre la fin des essais cliniques et l'utilisation à grande échelle des traitements dont l'efficacité et l'innocuité serait établie.

"Nous devons garder à l'esprit que rien ne garantit que ces thérapies seront le traitement miracle", a dit Annick Antierens, médecin en charge de la coordination des partenariats internationaux chez MSF. "Mais nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour tester aujourd'hui les produits disponibles afin d'augmenter les chances de trouver un traitement efficace." (Kate Kelland, Marc Angrand pour le service français)