Chine/Trains-CNR et CSR fusionneraient leurs actifs à l'étranger -presse

mercredi 12 novembre 2014 09h25
 

SHANGHAI, 12 novembre (Reuters) - Les groupes ferroviaires publics chinois China CNR et CSR Corp pourraient fusionner leurs divisions à l'étranger pour créer une unique société capable de mieux figurer dans les appels d'offres internationaux, rapporte mercredi le quotidien d'Etat Shanghai Securities News.

Citant des sources proches du dossier, le quotidien économique ajoute que le projet de fusion devrait constituer un modèle pour les autres entreprises publiques chinoises.

Aucun commentaire n'a pu être obtenu auprès des deux constructeurs. L'action des deux groupes a été suspendue depuis le 27 octobre, lorsque des médias officiels du pays ont fait part de discussions en vue d'une fusion.

Dans leurs derniers avis financiers, les deux entreprises ont dit prévoir un "événement significatif".

La Chine s'est dotée en moins d'une décennie du plus vaste réseau ferré à grande vitesse au monde et elle ambitionne désormais d'exporter sa technologie. Cette ambition est toutefois contrecarrée par la féroce concurrence que se livrent les deux constructeurs publics sur certains appels d'offres à l'étranger face à Alstom, Siemens ou Bombardier.

La semaine dernière, le Mexique a révoqué un contrat de trains à grande vitesse de 3,75 milliards de dollars (3 milliards d'euros) remporté par un consortium amené par China Railway Construction Corporation, après une salve de critiques sur l'appel d'offres.

Le Premier ministre chinois Li Keqiang a demandé au président mexicain Enrique Pena Nieto, en visite à Pékin mardi, de traiter les entreprises chinoises avec équité, considérant que les résultats de l'appel d'offres n'étaient pas contestables, selon l'agence officielle Chine nouvelle.

Le consortium chinois pourra postuler au nouvel appel d'offres qui sera organisé. (Brenda Goh, Claude Chendjou pour le service français, édité par Véronique Tison)