Dombret (Buba) pour la liquidation des banques trop faibles

dimanche 9 novembre 2014 13h41
 

FRANCFORT, 9 novembre (Reuters) - Les banques épinglées aux récents bilans de santé organisés par la Banque centrale européenne et qui ne parviendront pas à combler leur déficit de fonds propres dans les temps devraient être fermées, estime Andreas Dombret, membre du directoire de la Bundesbank, dans un entretien publié par le magazine allemand Focus.

Sur 130 établissements passés au crible, 13 ont échoué avec un déficit de capitaux cumulé de 9,5 milliards d'euros.

Les directives retenues pour ces tests prévoient que les banques qui ne parviennent pas à redresser leur situation dans un laps de temps donné seront liquidées, mais il reste à voir si les gouvernements concernés laisseront faire.

"Les banques avec des déficits de fonds propres ont neuf mois pour les combler. A défaut d'y parvenir, elles seront liquidées et c'est la marche à suivre. Le risque de faire faillite est un élément clé de l'économie de marché", assène Andreas Dombret, qui a la responsabilité de la supervision bancaire à la Buba.

Il serait inconcevable qu'un secteur de l'économie soit protégé du risque de faillite et pas les autres, ajoute le banquier central allemand.

Aucune banque allemande n'a échoué aux tests de la BCE mais la banque hypothécaire Münchener Hypothekenbank n'est pas passée loin : en situation de déficit de fonds propres à la fin 2013, date retenue pour le bilan de santé, elle a depuis levé suffisamment de fonds pour redresser la barre.

A plus long terme, Andreas Dombret prévoit un mouvement de consolidation dans le secteur.

"Pour moi, il y a assurément des surcapacités dans le secteur bancaire européen. La consolidation est un moyen de réduire les capacités. Les fusions et acquisitions dans la banque ne doivent pas être un sujet tabou", dit-il. (Eva Taylor, Véronique Tison pour le service français)