7 novembre 2014 / 13:58 / il y a 3 ans

Consultation symbolique dimanche sur l'indépendance catalane

par Elena Gyldenkerne

BARCELONE, 7 novembre (Reuters) - Les Catalans devraient voter en foule dimanche lors d‘une “consultation citoyenne” symbolique sur l‘indépendance de leur région, l‘organisation d‘un référendum officiel ayant été rejetée par la Cour constitutionnelle espagnole.

On ignore toujours si les urnes seront installées dans des bâtiments publics, comme les mairies et les écoles, ou simplement disposées dans les rues.

Selon les sondages, 80% des sept millions et demi de Catalans sont partisans d‘une plus grande autonomie pour leur région et 50% réclament l‘indépendance pure et simple.

“Nous espérons que l‘Espagne va reconsidérer sa position et comprendre que les choses ne peuvent pas continuer comme ça. A un moment, il faudra bien que le gouvernement central lâche du lest”, déclare Joan Parra, un retraité de Barcelone partisan de l‘indépendance.

En raison de la crise, de nombreux Catalans jugent qu‘ils donnent trop à l‘Etat et n‘en reçoivent pas assez, alors que la région représente un cinquième de la richesse nationale.

Pourtant, tous ne sont pas favorables à un divorce avec le reste de l‘Espagne.

“L‘Espagne est une”, martèle Jose Jimenez, qui travaille dans un hôpital de Barcelone. “On essaie de favoriser le séparatisme mais, en fin de compte, c‘est bien le gouvernement espagnol qui dirige notre pays. Cette consultation n‘est pas une bonne chose.”

Pour les responsables des deux principaux partis catalans, Convergence et Union (CiU) et la Gauche républicaine de Catalogne (ERC), une forte participation dimanche - plus d‘un million et demi de votants - enverrait un message clair à Madrid mais aussi au chef de l‘exécutif local, Artur Mas, pour qu‘il organise des élections régionales anticipées.

ÉLECTIONS ANTICIPÉES ?

Ils espèrent que cette consultation poussera le gouvernement de Madrid à négocier une plus grande autonomie de la Catalogne en matière fiscale et politique, voire, à terme, à accepter la tenue d‘un référendum d‘autodétermination.

En cas d‘élections régionales anticipées, l‘ERC, favorable à l‘indépendance et actuellement dans l‘opposition, est donnée en tête par les sondages qui annoncent un parlement local très fragmenté. Une situation qui empêcherait l‘ERC d‘imposer son propre calendrier et réduirait le risque d‘une déclaration unilatérale d‘indépendance.

Artur Mas, qui dirige CiU, a annoncé mercredi qu‘il demanderait la semaine prochaine au président du gouvernement espagnol Mariano Rajoy de renouer le dialogue sur une série de mesures économiques.

Le dirigeant de l‘ERC, Oriol Junqueras, exclut quant à lui toute discussion avec Madrid tant que la Catalogne n‘est pas indépendante.

Au sein même du parti d‘Artur Mas s‘opposent les partisans de l‘indépendance totale et ceux d‘une autonomie renforcée au sein de l‘Espagne.

Parmi les mesures que Mas veut aborder avec Rajoy figurent une augmentation des engagements financiers de Madrid envers la Catalogne et un renforcement des pouvoirs de l‘exécutif local en matière fiscale.

Et pour tenter de calmer les ardeurs séparatistes, Mariano Rajoy est allé jusqu‘à évoquer une réforme constitutionnelle qui accentuerait le caractère fédéral de l‘Espagne. (Avec Julien Toyer; Guy Kerivel pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below