Europe-Ventes auto +5,5% en octobre, la France décroche-Etude

jeudi 6 novembre 2014 11h52
 

par Laurence Frost

PARIS, 6 novembre (Reuters) - Les ventes de voitures neuves en Europe de l'Ouest ont augmenté de 5,5% en octobre, la demande sur la plupart des grands marchés, France exceptée, restant solide malgré l'incertitude sur l'économie du continent, montre jeudi une étude du secteur.

Les immatriculations ont atteint le mois dernier 1,03 million d'unités, contre 0,97 million un an plus tôt, selon des données compilées par la société de conseil LMC Automotive. Le taux annualisé de ventes a lui augmenté de 3,2% à 12,6 millions de voitures en octobre, contre 12,2 millions en septembre, en données corrigées des variations saisonnières.

"Malgré les perspectives économiques de plus en plus sombres pour l'Europe de l'Ouest, le marché automobile a connu une amélioration solide", commente Jonathan Poskitt, analyste chez LMC.

Le marché européen jouit d'une reprise depuis le début de l'année, après six années consécutives de baisse, mais demeure malgré tout bien en deçà de ses niveaux d'avant la crise financière de 2008. En France, selon des chiffres publiés lundi, les immatriculations ont rechuté en octobre de 3,8% à cause d'une dégradation de la confiance chez les consommateurs.

L'Association des constructeurs européens d'automobiles (Acea) publiera ses propres chiffres d'immatriculations pour le mois d'octobre le 18 novembre prochain.

Le mois dernier, la France était le seul grand marché automobile à avoir vu son taux annuel de ventes baisser par rapport à septembre, avec un recul de 6,4%. En Allemagne, le rythme annuel a au contraire progressé de 4,1%, au Royaume-Uni, il a augmenté de 3,6%, en Italie grimpé de 8,8% et en Espagne, bondi de 12,1%.

"Le Royaume-Uni (...) reste le marché de croissance clé cette année", ajoute Jonathan Poskitt de LMC. "En revanche, après un résultat plutôt vigoureux en septembre, le marché français est retombé en octobre, reflet d'une stagnation plus générale de l'économie française." (Gilles Guillaume pour le service français, édité par Jean-Michel Bélot)