GB/Indicateurs-Le déficit commercial se creuse, pétrole et UE pèsent

vendredi 7 novembre 2014 11h43
 

LONDRES, 7 novembre (Reuters) - Les principaux indicateurs
macro-économiques britanniques publiés ce mois-ci :
    
    * CREUSEMENT DU DÉFICIT COMMERCIAL EN SEPTEMBRE
    7 novembre - La balance des échanges de biens s'est creusée
davantage que prévu en septembre en Grande-Bretagne en raison de
l'alourdissement de la facture pétrolière et de la faible
croissance des exportations à destination de l'Union européenne.
    L'Office national de la statistique (ONS) précise que ce
déficit a atteint 9,821 milliards de livres sterling (12,54
milliards d'euros) contre 8,950 milliards en août. Les
économistes s'attendaient à un déficit de 9,4 milliards en
septembre.
    Les exportations ont augmenté de 4,2% par rapport à août,
mais moins que les importations, qui ont crû de 5,8%.
    Les importations de pétrole ont bondi de 27,6% en valeur en
septembre.
    Malgré l'excédent dans les services, la balance commerciale
s'est aussi creusée en septembre à 2,838 milliards de livres
sterling (3,62 milliards d'euros) contre 1,768 milliards en
août.
    Le déficit sur l'ensemble du troisième trimestre s'établit
donc à 7,549 milliards de livres sterling (9,63 milliards
d'euros), à comparer aux 6,461 milliards de la période
avril-juin, ce qui donne à penser que les échanges commerciaux
seront un frein pour la croissance en Grande-Bretagne sur la
période juillet-septembre, dit l'ONS.
    
    * REBOND DE 0,6% DE LA PRODUCTION INDUSTRIELLE EN SEPTEMBRE
    6 novembre - La production industrielle a augmenté plus que
prévu en septembre au Royaume-Uni, portée par la reprise de la
production du gisement pétrolier offshore de Buzzard et par le
rebond de la production automobile après les fermetures d'été.
    La production industrielle a progressé de 0,6% par rapport à
août, après une baisse de 0,1% le mois précédent, a précisé
jeudi l'Office des statistiques nationales (ONS).
    Le chiffre d'août avait été annoncé stable en première
estimation. Pour septembre, les économistes prévoyaient en
moyenne un rebond de 0,4%.
    La production de pétrole et de gaz, en particulier, a
augmenté de 5,2%, reflétant la reprise des opérations à Buzzard.
    Sur un an, la production industrielle a augmenté de 1,5%,
marquant un ralentissement après son gain de 2,2% sur les 12
mois à août. Sur l'ensemble du troisième trimestre, sa hausse
n'a été que de 0,2%, moins que l'estimation de +0,5% donnée dans
la statistique préliminaire du produit intérieur brut qui
faisait ressortir une croissance de 0,7%.
    La production manufacturière, qui ne tient pas compte de
l'énergie, a progressé de 0,4% après une hausse de 0,2% en août,
portée surtout par la production automobile. Les économistes
attendaient en moyenne une progression de +0,3%.
    Tableau