Holcim dit avoir reçu plus de 60 offres pour ses actifs à céder

lundi 3 novembre 2014 14h42
 

ZURICH, 3 novembre (Reuters) - Holcim a reçu plus de 60 offres pour le rachat des actifs qu'il doit céder pour obtenir le feu vert des autorités de la concurrence en vue de sa fusion avec le français Lafarge, a annoncé le cimentier suisse à l'occasion de la présentation de résultats trimestriels inférieurs aux attentes.

Les deux groupes ont fait savoir mardi dernier qu'ils avaient formellement notifié à la Commission européenne leur projet de fusion, annoncé en avril.

Le mariage des deux leaders mondiaux du ciment doit donner naissance à un groupe présentant une capitalisation boursière combinée de près de 41 milliards d'euros. Les deux partenaires s'attendent à ce que leur alliance génère quelque 1,4 milliard de synergies annuelles dans un contexte de surcapacités et de faible demande dans le secteur depuis la crise de 2008.

Ils ont dressé début juillet une liste d'actifs à vendre pour supprimer des doublons géographiques. Ces activités pèsent environ 12% du chiffre d'affaires combiné.

Le directeur financier d'Holcim, Thomas Aebischer, a indiqué à la presse avoir reçu plus de 60 propositions à la date limite du 20 octobre pour présenter des offres non contraignantes.

Il a précisé que les deux groupes souhaitaient boucler le processus d'examen approfondi des comptes ("due diligence") d'ici fin novembre ou début décembre, avec pour objectif de conclure un accord avec le ou les candidats au rachat d'ici la fin de l'année ou au début de l'an prochain.

"Nous préférons un seul candidat, celui qui aura présenté la meilleure offre", a-t-il déclaré, ajoutant que les offres provenaient aussi bien d'industriels concurrents que de fonds d'investissement, sans mentionner de noms.

Leur concurrent allemand HeidelbergCement a déclaré lundi n'avoir pas l'intention de présenter une offre et préférer se concentrer sur la réduction de sa dette et avancer sur ses propres projets de croissance interne. Le mexicain Cemex a également exclu toute offre de sa part.

Plusieurs consortiums de fonds d'investissement se sont formés pour participer à l'appel d'offres sur ces actifs, qui pourraient être valorisés entre quatre milliards et sept millliards d'euros, selon des sources proches du dossier.   Suite...