Ebola/Vaccin-L'OMS prévoit autour de 200.000 doses d'ici mi-2015

vendredi 24 octobre 2014 16h18
 

par Stephanie Nebehay et Kate Kelland

GENEVE/LONDRES, 24 octobre (Reuters) - L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a présenté vendredi ses plans en vue d'accélérer la fabrication et la distribution de vaccins expérimentaux contre la fièvre hémorragique Ebola, précisant qu'environ 200.000 doses devraient être prêtes à être utilisées en Afrique de l'Ouest d'ici la mi-2015.

Deux de ces vaccins sont à l'essai dans des structures hospitalières et cinq autres le seront au début de l'an prochain, a confirmé l'OMS.

"Avant la fin du premier semestre de 2015 (...), nous pourrions disposer de quelques centaines de milliers de doses. Peut-être 200.000, peut-être plus, peut-être moins", a déclaré aux journalistes Marie-Paule Kieny, membre de la direction générale de l'OMS, à l'issue d'une réunion à Genève entre responsables de l'industrie pharmaceutique, experts de la santé et bailleurs de fonds.

Les chercheurs sont en train de tester en milieu hospitalier deux produits des laboratoires GlaxoSmithKline et NewLink Genetics.

"Cinq vaccins au moins suivent de près et seront testés dans les premiers mois de 2015", a ajouté Marie-Paule Kieny. Parmi ceux-ci figure un produit de Johnson & Johnson qui devrait être expérimenté en janvier.

Les experts veulent mener de nombreux tests au Liberia, en Sierra Leone et en Guinée en vue d'établir vers avril 2015 le degré d'efficacité de ces vaccins expérimentaux.

Une bonne partie de la rencontre de Genève a été consacrée au problème du financement. La Banque mondiale et l'ONG Médecins sans frontières (MSF) se sont engagées à participer. Les laboratoires ont promis pour leur part de pratiquer des prix abordables.

Près de 5.000 personnes sont mortes depuis mars après avoir contracté le virus Ebola, selon le dernier bilan en date de l'OMS qui fait état de près de 10.000 cas de contamination.

Au 19 octobre, 9.936 personnes ont été contaminées et 4.877 sont décédées, principalement au Liberia, en Sierra Leone et en Guinée, pays les plus touchés par la maladie.

Selon une étude publiée dans le journal médical The Lancet, l'épidémie pourrait faire jusqu'à 90.000 morts et infecter 171.000 personnes d'ici la mi-décembre rien qu'au Liberia si les efforts ne sont pas intensifiés pour contrôler la maladie. (Stephanie Nebehay et Kate Kelland, avec Ben Hirschler et Magdalena Mis à Londres, Tom Miles à Genève; Guy Kerivel pour le service français)