LEAD 1-Allemagne-Les pilotes n'excluent pas de prolonger la grève

mardi 21 octobre 2014 10h16
 

(Actualisé avec précisions)

FRANCFORT, 21 octobre (Reuters) - La grève à la Lufthansa pourrait se poursuivre au delà de mardi si la compagnie aérienne allemande ne reprend pas les négociations sur la question des retraites des pilotes, a annoncé un membre du syndicat Vereinigung Cockpit (VC).

Les pilotes de la Lufthansa ont commencé leur grève lundi à 11h00 GMT sur les vols de courte durée. Elle a été étendue mardi aux vols longue distance mardi.

"Nous n'excluons pas de nouvelles grèves cette semaine si Lufthansa ne bouge pas", a déclaré Markus Wahl, du syndicat Vereinigung Cockpit, tout en disant espérer que le transporteur fasse une nouvelle offre prochainement.

La grève, la huitième cette année, doit se terminer mardi à 21h59 GMT. Elle a contraint Lufthansa à annuler plus de 1.500 vols lundi et mardi, ce qui représente environ 65% de son activité.

La Lufthansa a fait savoir par un porte-parole qu'elle s'en tenait à sa dernière offre, faite en septembre. Elle avait proposé à l'époque que les pilotes puissent continuer à partir à la retraite de façon anticipée, mais à 60 ans au plus tôt et non plus à 55 ans comme c'est le cas pour l'instant. Par ailleurs, elle proposait que l'âge général du départ à la retraite, qui est de 58 ans, passe à 61 ans.

Compte tenu des grèves à répétition, Lufthansa pourrait devoir revoir sa prévision de bénéfice pour la deuxième fois cette année, estiment certains analystes.

La compagnie aérienne vise pour l'heure un bénéfice d'exploitation d'un milliard d'euros pour 2014.

Lufthansa évalue le coût des grèves de l'année 1014 à 70 millions d'euros. Certains analystes estiment que le chiffre pourrait au final atteindre 100 millions.

Par comparaison, Air France a chiffré à 500 millions d'euros le coût de grève de deux semaines observée par ses pilotes au mois de septembre.

Les autres compagnies du groupe Lufthansa, Germanwings, Austrian Airlines, Swiss et Brussels Airlines, ne sont pas concernées par la grève. (Peter Maushagen et Victoria Bryan; Danielle Rouquié pour le service français)