Chiquita-L'offre de Cutrale et Safra valable jusqu'au 26/10

vendredi 17 octobre 2014 18h59
 

SAO PAULO, 17 octobre (Reuters) - Le fabricant de jus de fruits Grupo Cutrale et la société d'investissement Safra Group, deux sociétés brésiliennes, ont déclaré vendredi que leur offre définitive sur Chiquita les engageait jusqu'au 26 octobre, soit deux jours après la date prévue du vote des actionnaires du producteur de bananes sur son projet de rapprochement avec l'irlandais Fyffes.

En mars dernier, Chiquita a annoncé son intention de racheter Fyffes, un importateur et distributeur de fruits exotiques, pour créer le numéro un mondial de la banane.

Début août, Cutrale et Safra ont lancé une offre non sollicitée sur le groupe agroalimentaire américain, à 13 dollars par action, aussitôt rejetée. Mercredi, les deux groupes brésiliens ont porté leur proposition, présentée comme "définitive", à 14 dollars.

Jeudi, Chiquita a une nouvelle fois éconduit Cutrale et Safra, estimant que leur offre était "inappropriée" et conseillant à ses actionnaires de se prononcer en faveur d'un rapprochement avec Fyffes lors de l'assemblée générale prévue le 24 octobre.

Dans un communiqué, Cutrale et Safra estiment que Chiquita induit en erreur ses actionnaires au sujet de leur offre et accusent le groupe basé à Charlotte (Caroline du Nord) d'exagérer de près de 20% la valeur du rapprochement avec Fyffes.

Les deux sociétés jugent par ailleurs que leur projet "offre plus de garanties" parce que le projet de fusion Chiquita-Fyffes doit encore être approuvé par les actionnaires du groupe irlandais.

Ceux-ci se prononceront le 28 octobre, soit deux jours après l'expiration de l'offre de Cutrale et de Safra.

Le titre Fyffes a terminé sur un gain de 3,46% à 0,988 euro à la Bourse de Dublin, ce qui, selon certains analystes, est le signe que les intervenants de marché sont d'avis que Cutrale et Safra ne parviendront pas à faire déraper le rapprochement Chiquita-Fyffes.

Vers 16h55, l'action Chiquita cédait 1,10% à 13,46 dollars à New York alors que le S&P 500 gagnait 1,42%. (Guillermo Parra-Bernal, Benoît Van Overstraeten pour le service français, édité par Marc Angrand)