La France restructure son armée sur fond de recherche d'économies

mercredi 15 octobre 2014 13h16
 

* Le maire de Châlons-en-Champagne parle de "catastrophe"

* Le Val-de-Grâce va fermer ses portes aux malades

* Les forces opérationnelles préservées, selon Le Drian

PARIS, 15 octobre (Reuters) - Le ministère de la Défense a annoncé mercredi la dissolution d'un régiment d'artillerie, la fermeture d'une base navale et le désarmement de cinq bâtiments de la marine dans le cadre d'une restructuration de l'armée française qui s'inscrit dans un vaste plan d'économies.

L'emblématique hôpital militaire du Val-de-Grâce, à Paris, qui accueille chefs d'Etat du monde entier et personnalités françaises comme internationales sera quant à lui transformé en "pôle d'excellence" en matière de recherche et de formation.

Les activités médicales seront transférées aux deux autres hôpitaux d'instruction des armées de la région parisienne, l'hôpital Percy à Clamart (Hauts-de-Seine), et l'hôpital Bégin à Saint-Mandé (Val-de-Marne), plus performants et plus récents.

Selon la CGT, le coût de remise aux normes du Val-de-Grâce, qui n'a "pas connu de travaux majeurs depuis 1979" selon le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, serait de 250 millions d'euros.

Connue depuis plusieurs jours, la dissolution du 1er régiment d'artillerie de marine et de l'état-major de la 1ère brigade mécanisée, tous deux basés à Châlons-en-Champagne (Marne), sera effective d'ici 2015.

Pour le maire UMP de cette ville de 45.000 habitants, Benoist Apparu, cette dissolution devrait se traduire par une perte de 960 emplois directs et de 700 emplois indirects.   Suite...