14 octobre 2014 / 17:18 / dans 3 ans

LEAD 1-LVMH-La croissance organique s'améliore légèrement au T3

* La croissance organique ressort à 4% au T3 après 3% au T2

* La division mode-maroquinerie reste faible à +3%

* Les vins et spiritueux en recul de 3%

* Accélération pour les parfums et la montres-joaillerie (Actualisé avec détails, commentaire d‘analyste)

par Pascale Denis

PARIS, 14 octobre (Reuters) - LVMH a fait état mardi d‘une très légère amélioration de sa croissance organique au troisième trimestre, dans un marché du luxe plombé par la faiblesse du marché chinois, la chute des achats des touristes russes, le marasme européen et les remous politiques à Hong Kong.

Les ventes du numéro un mondial du secteur, propriétaire de Louis Vuitton, Moët & Chandon ou Bulgari, ont totalisé 21,4 milliards d‘euros sur neuf mois, en progression de 4% en données publiées comme à taux de change constants.

Sur le seul troisième trimestre, la croissance organique est ressortie également à 4%, un chiffre très légèrement supérieur aux 3,3% attendus par les analystes et aux 3% enregistrés au deuxième trimestre.

“Un meilleur rythme de croissance en Europe et aux Etats-Unis a compensé le ralentissement observé en Asie”, indique le groupe dans un communiqué, sans plus de précision.

Mais, très surveillées, les ventes de la mode-maroquinerie, division phare du groupe qui compte Louis Vuitton, principal centre de profit du groupe, restent faibles (+3% sur neuf mois, après une hausse de 4% au premier semestre).

Par ailleurs, deuxième division par la rentabilité, les vins et spiritueux (Hennessy, Moët & Chandon, Dom Perignon) accusent un recul de 3%, impactés par une nouvelle chute des ventes de cognac en Chine, où les déstockages se poursuivent, chute qui n‘a pas pu être compensée par “une excellente dynamique aux Etats-Unis”.

“Le mix n‘est pas bon. La mode-maroquinerie et les vins et spiritueux sont au-dessous des attentes”, commente Luca Solca, analyste d‘Exane BNP Paribas.

ACCÉLÉRATION DE LA JOAILLERIE

La meilleure performance revient aux parfums et cosmétiques (Dior, Guerlain, Givenchy) qui accélèrent la cadence (+8% après +6), tandis que la dynamique de la distribution sélective résiste (+8% également, après +9%).

La forte exposition de la filiale DFS (ventes de produits détaxés aux voyageurs) à Hong Kong (environ 25% de ses ventes, selon les estimations des analystes) a semble-t-il été compensée par les performances du distributeur de cosmétiques Sephora, porté par ses ouvertures de magasins.

La tendance s‘améliore aussi (+5%) dans la division montres-joaillerie (Tag Heuer, Hublot), grâce à une “accélération notable de la joaillerie, portée notamment par Bulgari”.

Rares sont les acteurs du luxe qui échappent aux vents contraires qui soufflent sur le secteur. Les remous qui agitent Hong Kong - qui pèse pour 10% du marché mondial du luxe - ont entraîné une forte baisse des flux touristiques chinois et ont déjà durement touché certains acteurs comme Richemont, propriétaire de Cartier ou Van Cleef & Arpels, qui y réalise 17% de son chiffre d‘affaires.

Prada a accusé son plus faible taux de croissance depuis trois ans au cours de son premier semestre et a dit n‘attendre aucune croissance dans la deuxième partie de l‘année.

De son côté, Burberry, qui a jusqu‘ici signé une des plus fortes dynamiques, a lui aussi jeté un froid ce mardi en affichant sa prudence pour le second semestre.

LVMH sera quant à lui très attendu, mercredi, sur les performances de Louis Vuitton et du cognac Hennessy, lors d‘une conférence téléphonique prévue mercredi à 15h00.

Le titre LVMH a fini en baisse de 0,4% à 125,10 euros à la Bourse de Paris mardi, accusant une baisse de 5,6% depuis le début de l‘année, à comparer à des reculs de 5,2% pour Kering , de 14,5% pour Richemont et de 12,4% pour Hermès.

A ce niveau de cours, LVMH se traite sur des multiples de valorisation de 17,9 fois ses résultats estimés pour 2014, contre 16,6 pour Richemont et 15 pour Kering.

Voir aussi :

* Le communiqué : bit.ly/1sN6Po6

* Le luxe menacé par l‘aggravation des tensions à Hong Kong

* Un second semestre qui s‘annonce difficile pour le secteur du luxe (Pascale Denis, édité par Jean-Michel Bélot)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below