14 octobre 2014 / 13:37 / il y a 3 ans

LEAD 2 RPT-JPMorgan bénéficiaire au T3, le coût des litiges baisse

(Actualisé avec déclarations, commentaires d'analystes, précisions)

14 octobre (Reuters) - JPMorgan Chase a annoncé mardi avoir dégagé un résultat net positif au troisième trimestre, la première banque américaine n'ayant plus à supporter les importants frais juridiques qui avaient fait plonger ses comptes dans le rouge lors de la même période de l'an dernier.

L'établissement, qui a confirmé les chiffres figurant sur un document publié dans la matinée sur un site internet, a fait état d'un bénéfice net de 5,6 milliards de dollars (4,4 milliards d'euros) sur les trois mois au 30 septembre, soit 1,36 dollar par action, contre une perte de 380 millions (-0,17 dollar) il y a un an.

Les analystes financiers prévoyaient en moyenne un bénéfice par action (BPA) de 1,38 dollar selon Thomson Reuters I/B/E/S.

Le revenu net bancaire ressort à 25,2 milliards de dollars.

L'action perdait plus de 2% à 56,95 dollars dans les premiers échanges.

"La banque d'affaires et d'investissement a enregistré une performance solide au niveau des commissions, maintenant sa place de numéro un dans ce domaine, notamment grâce à son expertise particulière sur les marchés d'actions", a déclaré son PDG James Dimon dans un communiqué.

"Dans la division Marchés, nous avons constaté dans l'ensemble une hausse de l'activité et une performance améliorée, surtout sur le marché des changes et les marchés émergents", a-t-il ajouté.

James Dimon, 58 ans, a été soigné pour un cancer de la gorge et a dû subir des traitements de chimiothérapie et de radiothérapie, mais est resté impliqué dans la gestion de la banque. "Je me sens bien et que je suis heureux que mes traitements soient terminés", a-t-il dit, ajoutant que le pronostic était "excellent" mais qu'il restait sous surveillance.

PIC D'ACTIVITÉ EN SEPTEMBRE

La banque avait dû passer l'an dernier une charge après impôt de 7,2 milliards de dollars dans le cadre d'un accord à l'amiable avec le gouvernement fédéral américain pour solder une affaire de vente litigieuse de créances hypothécaires avant la crise financière de 2007-2009.

Les derniers résultats incluent un milliard de dollars de frais juridiques après impôt.

JPMorgan prévoit cependant que le montant total de ses dépenses ajustées dépasse les 58 milliards de dollars qu'elle projetait en 2014, hors frais juridiques. En 2013, ce montant s'était élevé à 59 milliards de dollars.

Les revenus des activités de taux fixe, devises et matières premières ont progressé de 2,1% à 3,51 milliards de dollars au troisième trimestre par rapport à l'an dernier et ont légèrement augmenté par rapport à avril-juin.

L'activité sur les marchés a augmenté en septembre, en grande partie grâce aux mesures annoncées par la Banque centrale européenne (BCE) pour stimuler la croissance et à une série d'indicateurs économiques américains suggérant une accélération de la reprise.

La démission inattendue de Bill Gross, gérant vedette du géant de la gestion de fonds obligataires Pimco, a également dopé l'activité de ce marché fin septembre.

"La croissance est modeste. Les principaux chiffres ressortent légèrement inférieurs aux attentes mais le modèle de stabilité est présent, et c'est en fin de compte ce qu'on veut d'une banque", estime Simon Maughan d'OTAS Technologies.

"ERREUR OPÉRATIONNELLE"

La banque n'a pas chiffré les coûts liés à l'intrusion informatique mise au jour en août. Les pirates ont eu accès aux listes contenant les noms et les coordonnées de certains des 76 millions de ménages et sept millions de PME que la banque sert.

La directrice financière Marianne Lake a déclaré en conférence de presse que la banque n'avait "pas constaté un niveau élevé de fraudes" en raison de cette attaque.

Les résultats trimestriels ont été publiés mardi avec quelques heures d'avance sur l'horaire prévu en raison d'une "erreur opérationnelle", selon le porte-parole de la banque Joe Evangelist.

Le document présentant les résultats de JPMorgan a été publié sur le site destiné aux investisseurs Shareholder.com, détenu par Nasdaq OMX Group.

Les revenus totaux tirés des activités de la banque d'investissement ont progressé de 2% à 1,54 milliard de dollars, à la faveur de le hausse de ses honoraires. Ses revenus nets générés par les prêts hypothécaires ont par contre chuté de 38% à 439 millions de dollars.

De leurs côtés, Citigroup a fait état d'une hausse de 13% de son bénéfice net ajusté au troisième trimestre et annoncé son retrait du marché de la banque de détail dans onze pays, tandis que Wells Fargo a publié une hausse de 1,7% de son bénéfice au troisième trimestre. et

Bank of America publiera ses résultats trimestriels mercredi. (Tanya Agrawal et David Henry, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Marc Angrand)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below