La Chine confiante d'atteindre son objectif de croissance

mardi 14 octobre 2014 10h50
 

PEKIN, 14 octobre (Reuters) - La Chine peut atteindre son objectif d'une croissance d'environ 7,5% du produit intérieur brut (PIB) sur l'année grâce à une accélération des investissements d'infrastructure, a déclaré mardi un haut responsable de l'agence d'Etat chargée de la planification économique.

D'importants projets, notamment en matière d'assainissement urbain et de construction ferroviaire, devraient contribuer à l'expansion de la deuxième puissance économique du monde, a déclaré Li Pumin, secrétaire général de la Commission nationale du développement et de la réforme (CNDR).

"La croissance se maintiendra à un niveau raisonnable au quatrième trimestre et nous sommes confiants d'atteindre notre objectif de croissance économique sur l'année", a-t-il dit lors d'une conférence de presse.

"Nous nous attendons à voir l'ampleur du ralentissement des investissements diminuer dans les prochains mois avec la matérialisation progressive des résultats de la politique mise en oeuvre", a-t-il ajouté.

La CNDR a notamment annoncé lundi le lancement dans les prochaines années de 172 projets de conservation de l'eau. Certains sont déjà lancés, pour un montant total de 600 milliards de yuans (77 milliards d'euros), a dit l'organisme, sans toutefois chiffrer l'ensemble du programme.

De nombreux économistes indépendants estiment pour leur part que l'objectif d'une croissance autour de 7,5% en 2014 sera difficile à atteindre, à moins que le gouvernement n'adopte de nouvelles mesures pour stimuler l'activité et compenser le ralentissement du secteur de l'immobilier.

Les investissements dans les actifs immobilisés, marqueur décisif de l'économie chinoise, ont contribué à la moitié de la croissance du pays l'an dernier mais ils sont en recul cette année, notamment en raison du ralentissement du secteur manufacturier et de la déprime du marché immobilier.

Les analystes s'attendent à une diminution de la croissance des investissements sur la période janvier-septembre à 16,3%, soit le plus bas niveau depuis près de trois ans.

Les chiffres officiels seront publiés pour le 21 octobre, de même que ceux de la croissance au troisième trimestre, attendue à 7,3%, soit son taux le plus bas depuis plus de cinq ans. (Kevin Yao; Patrick Vignal pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)