USA-La conjoncture mondiale pourrait reporter la hausse des taux

dimanche 12 octobre 2014 17h33
 

WASHINGTON, 12 octobre (Reuters) - Des responsables de la Réserve fédérale américaine ont déclaré au cours du week-end qu'un ralentissement économique mondial prolongé était susceptible d'entraîner le report de la première hausse des taux d'intérêt depuis décembre 2008.

"Si la croissance à l'international est plus faible que prévu, la Fed, au vu des conséquences d'une telle évolution sur l'économie américaine, pourrait être amenée à mettre un terme à sa politique accommodante plus lentement que ce qui est généralement admis", a déclaré Stanley Fischer, vice-président de la banque centrale américaine.

Il s'exprimait à l'occasion des réunions d'automne du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale organisés samedis.

Les représentants des 188 pays membres du FMI ont à cette occasion souligné la nécessité de prendre des "mesures audacieuses" pour soutenir la reprise économique dans le monde.

Stanley Fischer a néanmoins souligné que les projections des analystes financiers concernant le calendrier de la hausse des taux d'intérêt de la Fed étaient plutôt "pertinentes".

Une enquête Reuters publiée début septembre suggère que la Réserve fédérale commencera probablement à resserrer sa politique monétaire au deuxième trimestre 2015 dans un contexte de forte croissance économique et d'intensification des pressions inflationnistes.

Charles Evans, président de la Fed de Chicago et partisan déclaré d'une politique monétaire accommodante, estime de son côté que la vigueur du dollar - qui évolue à des pics de plusieurs années par rapport au yen et à l'euro - est un facteur de limitation de l'inflation.

"Le dollar met une pression à la baisse sur notre inflation", a-t-il dit, également lors des réunions d'automne du FMI et de la Banque mondiale.

La Fed se fixe comme objectif une inflation de 2% mais, selon Charles Evans, la tendance actuelle tourne autour d'une hausse des prix à la consommation de 1,5% sur un an.

Le président de la Fed de Chicago a réffirmé que la Fed devrait garder ses taux proches de zéro jusqu'au premier trimestre 2016. (Howard Schneider, Jason Lange et Douwe Miedema, Benoît Van Overstraeten pour le service français)