Résultats-Euro et pétrole prêts à solder l'ère des dégradations

jeudi 9 octobre 2014 14h32
 

par Blaise Robinson et Atul Prakash

PARIS/LONDRES, 9 octobre (Reuters) - La récente baisse de l'euro et des prix des matières premières devraient apporter une bouffée d'oxygène à des entreprises européennes aux prises avec le ralentissement économique et mettre bientôt un terme à une période de dégradation des prévisions de bénéfice qui dure déjà depuis trois ans et demi.

Les sociétés européennes, qui ont vu leurs bénéfices diminuer pendant deux années, ont peinent à se redresser en une période où l'économie de la zone euro stagne.

Chaque mois depuis le début 2011, les analystes ont révisé plus de prévisions de bénéfice à la baisse qu'à la hausse pour les sociétés européennes, une tendance accélérée par la forte hausse de l'euro qui a nettement handicapé les exportateurs à ce moment-là.

"En moyenne, nous avons eu une centaine de déclassements chaque jour ouvrable depuis mars 2011", écrit Nick Nelson stratége marché chez UBS, dans une récente note de recherche.

Le repli de 10% de l'euro sur ces cinq derniers mois et la chute brutale des cours des matières premières - du pétrole brut au minerai de fer - pourraient mettre un terme à cette série noire en dopant les recettes et les marges de groupes comme Airbus, Siemens, Air France-KLM, BASF et Daimler.

Les stratèges et les gérants de fonds estiment cependant que les effets de la baisse de l'euro et de la chute de 20% des prix du pétrole depuis la mi-juin ne devraient pas être manifestes lors de la saison des résultats du troisième trimestre, qui s'ouvre la semaine prochaine. Mais les analystes ont d'ores et déjà cesser de réduire leurs prévisions.

"Il y a une très forte corrélation entre le taux de change de l'euro et la tendance des révisions des résultats", estime Jörg De Vries Hippen, co-responsable des placements pour les marchés européens chez Allianz Global Investors, qui gère 373 milliards d'euros.

  Suite...