Soigner les maux de Tesco par des prix plus bas prendra du temps

mercredi 8 octobre 2014 18h26
 

par James Davey

LONDON, 8 octobre (Reuters) - Des baisses de prix devraient faire revenir les consommateurs dans les enseignes de Tesco mais son nouveau directeur général devra s'armer de patience avant de regagner les parts de marché perdues par le premier distributeur britannique.

La guerre des prix dans le secteur de la distribution en Grande-Bretagne, conséquence du succès des enseignes de hard-discount comme Aldi et Lidl dans un contexte de crise économique, explique en partie les difficultés du groupe, qui multiplie les avertissements sur résultats.

Dave Lewis, estiment spécialistes de la distribution, analystes et anciens dirigeants de Tesco, doit de toute urgence poursuivre les baisses de prix et clarifier son positionnement.

Le nouveau patron dispose de plus d'un milliard de livres (1,27 milliard d'euros) à consacrer aux réductions de prix des produits de base, avec l'espoir que les consommateurs rempliront aussi leurs chariots de biens plus rentables.

Ce repositionnement a fonctionné chez certains concurrents étrangers comme le belge Delhaize, le français Carrefour ou le néerlandais Ahold, mais il s'inscrit sur le long terme avant de constater un effet positif sur les ventes.

Sollicité, Tesco n'a pas souhaité s'exprimer.

Après une croissance rapide dans les années 1990 et 2000, Tesco, qui réalise les deux tiers de ses bénéfices en Grande-Bretagne, a répondu à la baisse des ventes pendant la récession par une hausse des prix.

Après deux avertissements sur résultats cette année, le distributeur a annoncé fin septembre avoir surestimé son bénéfice du premier semestre de quelque 250 millions de livres (318 millions d'euros), en raison d'une erreur comptable.   Suite...